Quels sont les départements éligibles à un déconfinement rapide? Le Guide Santé vient d’éditer une carte de France interactive qui met en avant les départements français (hors outre-mer) réunissant les critères préconisés par l’Académie nationale de Médecine pour une sortie de confinement : décroissance du nombre de patients hospitalisés Covid-19 et retour à des capacités d’accueil en réanimation pré-épidémique.

Lors de son allocution du 13 avril; le Président de la République a indiqué que le déconfinement pourrait
se faire de manière progressive. Mais quels sont les départements éligibles à un déconfinement rapide?

Quels sont les critères pour le déconfinement?

Afin de sortir du confinement, il faut en priorité être certain de se situer dans une phase descendante de l’épidémie et éviter les risques de re-contamination.
D’abord évoqué par le Conseil Scientifique Covid-19, le critère d’âge, qui était non seulement discriminant mais non fondé médicalement, a été écarté le week-end dernier par le Gouvernement (à ce jour, près de la moitié des patients en réanimation ont moins de 65 ans et les personnes âgées de plus de 75 ans ne représentent que 18% des cas hospitalisés en réanimation).
Le critère géographique semble donc plus pertinent comme le préconise l’Académie nationale de médecine. Face à l’épidémie, des différences significatives sont à noter à l’échelle départementale : décroissance de l’épidémie, nombre de nouveaux cas hospitalisés, admissions en réanimation, taux de mortalité hospitalière, niveau des capacités d’accueil en réanimation dans les structures hospitalières.

Plus de 40% des départements déjà éligibles au déconfinement (si les masques et tests étaient approvisionnés)

Les départements des Pyrénées-Orientales, de la Haute-Vienne ou de l’Aude sont ceux qui le 20 avril affichaient les meilleurs taux de décroissance des admissions hospitalières (respectivement 58,11%, 34,62% et 28,57%). Si l’on recoupe ce critère avec le taux de disponibilité des lits de réanimation, l’Aude affiche 75%, la Haute-Vienne 79,17% et les Pyrénées-Orientales 79,69%, ce qui les rendraient éligibles à un déconfinement immédiat, pour autant que les tests et les masques de protection soient disponibles pour l’ensemble de leur population.
Les trois départements pour lesquels la décroissance de l’épidémie est la moins avérée car ils voient au contraire leurs admissions augmenter sont la Haute-Corse, la Dordogne et le Gers. Il serait prématuré d’imaginer un déconfinement dans ces départements pour le 11 mai.

Les Bouches-du-Rhône éligibles à un déconfinement plus rapide que la métropole de Paris

Si l’on compare le département des Bouches-du-Rhône à la ville de Paris, qui sont quasiment identique en termes de densité de population, l’hypothèse d’un déconfinement du département provençal est confirmée par deux indicateurs :
– le taux de décroissance est de 8,37% dans les Bouches-du-Rhône et de 10,2% à Paris,
– le taux de disponibilité en réanimation est de 59,43% dans les Bouches-du-Rhône pour 17,48% à Paris.
L’association hydroxychloroquine/azithromycine largement diffusée dans les Bouches-du-Rhône et notamment au sein de l’agglomération de Marseille où, en outre, on pratique le plus grand nombre de dépistages par million d’habitants, pourrait expliquer cette différence dans l’éligibilité au déconfinement