La Fondation Nicolas Hulot propose ici un guide de sorties d’un nouveau genre où les sorties loisirs sont aussi divertissantes qu’utiles pour agir pour la biodiversité.

La Fondation Nicolas Hulot lance un guide loisirs. Il propose un guide de sorties d’un nouveau genre où les sorties loisirs sont aussi divertissantes qu’utiles pour agir pour la biodiversité. L’une des solutions pour répondre au cri d’alarme de la biodiversité.

Un million d’espèces animales et végétales – une sur huit – risquent de disparaître à brève échéance de la surface de la Terre ou du fond des océans. C’est ce que montre le dernier rapport de l’IPBES, communément appelé « GIEC de la biodiversité », qui a rassemblé les représentants de 110 pays pour approuver à l’unanimité une synthèse issue de 1 700 pages de travaux d’expert·e·s sur l’état de la biodiversité mondiale. Le document établit que « depuis 1900, l’abondance moyenne des espèces locales dans la plupart des grands habitats terrestres a diminué d’au moins 20 % en moyenne. Plus de 40 % des espèces d’amphibiens, près de 33 % des récifs coralliens et plus d’un tiers de tous les mammifères marins sont menacés. »Une grande majorité des écosystèmes sont dégradés : zones humides, sols fertiles, forêts primaires… Sur le plan économique, la dégradation des sols a même réduit de 23 % la productivité de l’ensemble de la surface terrestre mondiale.

Notre alimentation est la première cause de cette dévastation écologique, et elle se conjugue avec le développement des villes ou la transformation d’espaces naturels en infrastructures de transport. Mais les spécialistes appellent à mettre en place des actions communes. « Le patient ici a de très très nombreux symptômes mais il est crucial de se rappeler que la maladie n’est pas en phase terminale », a souligné Andy Pur-vis, chercheur britannique co-auteur du rapport de l’IPBES. « Il y a des symptômes mais il y a des remèdes. Nous avons maintenant le choix de les prendre ou non », a-t-il conclu.La Fondation Nicolas Hulot a choisi de les prendre, en proposant des solutions concrètes comme sa plate-forme jagispourlanature.org, grâce à laquelle il est possible de contribuer activement à enrayer à son échelle les phénomènes dévastateurs que l’être humain a engendré, mais qu’il peut aussi participer à enrayer.

Un guide qui réinvente le loisir

La génération visée est une génération de loisirs. Elle privilégie les expériences aux achats de biens matériels : 8 jeunes sur 10 préféreraient dépenser de l’argent pour une expérience plutôt que pour posséder un bien selon une étude EventBrite/Harris.

Dès lors, la recherche de loisirs se retrouve omniprésente dans leur quotidien : rendez-vous emblématiques ou évènements de niche, sorties culturelles et initiatives nouvelles, les sorties se trackent, se communiquent et se diffusent pour sans cesse renouveler les pratiques.En changeant la perception que nous avons du loisir, nous pouvons le réinventer.

La Fondation Nicolas Hulot, accompagnée par l’agence Sweet Punk, a donc imaginé une série de visuels destinés à détourner des activités nature pour montrer les similitudes avec des loisirs classiques auxquels les jeunes adultes peuvent s’adonner. En se basant sur une campagne rythmée par le cycle des saisons, 4 nouveaux visuels seront lancés en été, puis en automne, puis en hiver, etc., pour montrer la diversité des activités tout au long de l’année. Une vidéo accompagne le lancement pour mettre en avant l’aspect divertissant des activités nature, tout en insistant sur leur potentiel pédagogique.

Les 6 façons d’agir de J’agis pour la nature

La Fondation Nicolas Hulot lance un guide loisirs. Voici des exemples d’activités écolos

J’observe la faune et la flore

Suivi photographique d’insectes pollinisateurs, observation d’oiseaux de jardins, études d’escargots, collecte de données sur les papillons…Mieux connaître la nature, c’est aussi mieux connaître les menaces qui pèsent sur elle. C’est vrai pour vous, mais aussi pour les scientifiques, qui par exemple ont pu établir que les populations d’oiseaux des campagnes se sont réduites d’un tiers en 15 ans. Cela n’aurait pas été possible sans que des particuliers bénévoles soient impliqués dans des activités d’observation de la faune et de la flore tels que vous pouvez en trouver sur J’agis pour la nature. Cela s’inscrit dans des programmes de sciences participatives : générale-ment sans encadrement, ces activités peuvent se réaliser toute l’année dans votre jardin, dans un parc, sur les littoraux ou dans la montagne. En reportant vos propres observations, vous appréhendez toute la richesse de la biodiversité qui vous entoure, tout en permettant de faire avancer la science !

Je protège la faune et la flore

Soin aux animaux blessés, réintroduction d’espèces dans leurs milieux naturels, plantation de haies, création de mares, arrachage de plantes invasives… Saviez-vous que le simple fait de creuser une mare ou de planter une haie permet d’attirer et d’abriter des quantités d’espèces végétales et animales protégées ?

Les activités de protection de la faune et de la flore passent par des activités ludiques de construction comme la mise en place de crapauducs ou de passerelles écologiques, mais aussi par des activités de soins.

Chaque année, des bébés écureuils sont abandonnés par leur mère, des chouettes sont blessées par des chasseurs ou des tortues sont échouées sur les plages, prises dans des filets de pêche. Les centres de soins les prennent en charge, et J’agis pour la nature permet d’y contribuer activement, que ce soit pour participer aux soins des animaux recueillis ou à l’entretien et à la construction de nouveaux matériels. Ces activités ludiques et pédagogiques sont bénéfiques pour la faune et pour la flore, et permettent en plus de rencontrer les bénévoles permanents de centres de soins dévoués à leur tâche, aussi passionnés que passionnants.

J’aménage un espace naturel

Restauration de sentiers de randonnée, création de jardin partagé, restauration de châtaigneraies, amélioration du paysage, pose de clôtures… Que ce soit en pleine nature ou en ville, quoi de plus riche que de participer soi-même concrètement à la prospérité ou à la réhabilitation de la faune et de la flore en plein air ? Pour apprécier d’autant plus les espaces naturels tout en minimisant l’impact de l’humain sur eux, pour créer des îlots de biodiversité au cœur de zones urbanisées, mais aussi pour permettre à la nature de jouer un rôle culturel ou social, les activités d’aménagement permettent de réaliser toujours davantage combien la nature peut nous rendre de service.

Je ramasse des déchets

Collecte de déchets sur la plage, en montagne ou en canoë sur un fleuve…Chaque année, des centaines de tonnes de déchets se retrouvent dans la nature, volontairement ou involontairement. Ils ont un impact sans pareille sur la faune et sur la flore : fragmentation du plastique sous forme de microplastiques, blessures d’animaux, pollution des sols… Même s’il convient de lutter contre la génération de déchets à la source, en modifiant ses comportements individuels pour privilégier par exemple des achats avec le moins d’emballages possibles, il est important à court terme de limiter la pollution durable des milieux. Au-delà de l’effet bénéfique immédiat, la collecte de déchets est un excellent moyen pédagogique et convivial pour encourager à la prise de conscience et en apprendre plus sur le contenu de nos poubelles.

Je  découvre la biodiversité

Visite guidée de réserve naturelle, découverte de marais, sensibilisation aux services écosystémiques de la nature, découverte des amphibiens ou des oiseaux communs…En tant qu’amateur ou initié, les activités de découverte de la biodiversité permettent d’explorer les nombreuses richesses dont disposent la faune et la flore, les interactions bénéfiques entre elles, les services qu’elles nous rendent… Comprendre pourquoi toutes ces composantes sont interconnectées et qu’elles ne forment qu’un tout, le tissu vivant de la planète, pour au final avoir encore plus envie d’agir individuellement ou collectivement pour la préserver. Mettre le nez dans la biodiversité, c’est démêler le désordre apparent de la disparité du vivant, et comprendre que les relations entre les espèces et leurs milieux recouvrent toutes sortes de fonctions et d’adaptations, parfois très originales.

J’alerte en cas d’urgence

Signalement de décharges sauvages, surveillance de trafics d’oiseaux protégés sur Internet, alerte sur la présence d’animaux marins échoués, signalement de présence d’insectes ou de ravageurs invasifs… Les espèces naturelles, flore ou faune, sont chaque jour mises en danger par des actions de l’être humain. C’est pourquoi il est possible pour chacune et chacun de participer à détecter et alerter certaines de ces activités qui mettent en péril la préservation de notre biodiversité. J’agis pour la nature vous donne les clés pour surveiller les atteintes à la nature et en alertant les structures référentes. Ces activités sont en général accessibles partout en France et en toute autonomie, seule la vigilance compte.

La Fondation Nicolas Hulot propose ici un guide de sorties d’un nouveau genre où les sorties loisirs sont aussi divertissantes qu’utiles pour agir pour la biodiversité. Procurez-vous le vite!