Epilation à la lumière pulsée, attention!

epilation-lumiere-pulsee-danger-santecool

Depuis quelques années, les lampes à lumière pulsée destinées à l’épilation, également appelées « lampes flash » ou IPL (intense pulse light), qui promettent de ralentir la repousse du poil de façon durable, rencontrent un vif succès. On peut désormais trouver ces appareils dans le commerce et les utiliser chez soi. Mais ces lampes, jusqu’ici utilisées par des professionnels, présentent-elles des garanties de sécurité suffisante ?

Dans un avis adopté le 3 juillet 2014, la CSC (Commission de la sécurité des Consommateurs) souligne en premier lieu que les connaissances scientifiques ne sont pas encore suffisantes pour évaluer les effets à moyen et long terme sur la santé des rayonnements émis par ces appareils.

L’étude de 10 appareils commercialisés sur le marché, confiée par la CSC au Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), a ainsi mis en évidence les risques photobiologiques élevés de ces produits pour l’œil et la peau.

Ainsi, une exposition de l’oeil à la lumière pulsée, qu’elle soit directe ou indirecte, peut-elle entraîner une destruction irréversible de certaines cellules de la rétine.

Les systèmes de sécurité équipant les appareils n’offrent pas une garantie suffisante pour empêcher une fuite de rayonnement en direction des yeux. Seuls deux modèles sont vendus avec une paire de lunettes de protection, dont l’une se révèle inadaptée.

Les recommandations à prendre de toute urgence

Aussi, la CSC (Commission de la sécurité des Consommateurs) recommande-t-elle aux fabricants de fournir systématiquement des lunettes de protection normalisées.

En outre, les températures atteintes par les appareils entraînent des risques de brûlure de la peau notamment en cas d’émission de flashs de lumière localisés au même endroit.

La CSC estime qu’il est nécessaire d’élaborer une réglementation afin de définir quel type d’appareil les particuliers peuvent utiliser.

La CSC recommande également d’accélérer la finalisation des travaux de normalisation traitant des exigences de sécurité pour les appareils de soins cosmétiques et de beauté contenant des sources laser et de lumière pulsée (norme IEC 60 335-2-113).

La CSC recommande aux fabricants d’indiquer de manière lisible  sur l’emballage extérieur du produit que l’utilisation de l’appareil ne convient pas à tous les types de peau et qu’il existe des contre-indications médicales.

La CSC recommande aux utilisateurs de ne pas diriger les rayonnements vers toute manifestation cutanée notamment les grains de beauté, les cicatrices, les tatouages, les lésions.

Enfin, s’agissant des prestations d’épilation par des professionnels, la CSC recommande aux pouvoirs publics de mettre fin à l’incohérence consistant à tolérer de fait l’usage par des professionnels non titulaires du diplôme de médecine, d’appareils d’épilation à la lumière pulsée alors que cette pratique est à ce jour interdite par la loi.

Share Button