Inauguré officiellement le 25 août 2019 place Denfert-Rochereau à l’occasion du 75e anniversaire de la Libération de Paris, le nouveau musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin ouvrira au public le 27 août 2019.

Après avoir été installé pendant vingt-quatre ans au-dessus de la gare Montparnasse, la Ville de Paris a décidé de déménager le musée au cœur de la capitale, dans les pavillons conçus par Claude-Nicolas Ledoux de la place Denfert-Rochereau. Unnouveau lieuqui appartient à double titre à l’histoire dela période:le 25 août 1944, c’est cette placeque traverse le général Leclerc pour libérer Paris, alors que depuis quelques jours déjà, le sous-sol du pavillon abrite le PC du colonel Rol-Tanguy, chef des Forces françaises de l’intérieur (FFI) d’Île-de-France. Ce site historique sera pour la première fois ouvert au public.Entièrement restauré, il offrira une expérience de visite inédite, grâce à des outils de médiation innovants.

Scénographie et parcours d’exposition: incarner l’Histoire

Conçu avec le concours d’un conseil scientifique, le parcours déroule chronologiquement les grandes étapes du conflit avec un parti pris clair et didactique. L’enjeu: transmettre cette page fondamentale de l’Histoire au plus grand nombre.Plus de 300 objets,documents originaux et photographies,ainsi que des vidéos d’archives et des témoignages seront présentés au public.De l’entre-deux guerres à la Résistance, des campagnes d’Afrique et des plages normandes jusqu’à la Libération de Paris: le parcours de Jean Moulin et celui de Philippe de Hauteclocque, alias Leclerc, guident le visiteur. Signée Marianne Klapisch (Agence Klapisch-Claisse), la scénographie s’adapte aux espaces du monument historique pour donner corps à l’Histoire de manière moderne et pédagogique. Elle incarne tour à tour la France à terre, vaincue en 1940, et celle qui se relève. Une recherche sur la lumière et l’image permettent de transmettre au visiteur la liesse et l’espoir de cette libération.Découvrir la diversité des collections Dédié à l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale, le musée se réinvente aussi grâce à ses collections.Issues de deux fonds à l’origine, un legs d’Antoinette Sasserelatif à Jean Moulin et un fonds de la Fondation du Maréchal Leclerc de Hauteclocque, les collections n’ont cessé de s’enrichir. Elles racontent la petite et la grande histoire de la guerre: 7000 objets environ, dont une grande diversité d’objets militaires et du quotidien, des milliers de documents et de photographies et plus d’une centaine de témoignages audiovisuels uniques.

Un patrimoine de la Ville de Paris

Menés par Christophe Batard (agence ARTENE), architecte en chef des Monuments Historiques,les travaux consistent à restaurer les deux pavillons érigés par l‘architecte Claude-Nicolas Ledouxen 1787,classés monument historiques, ainsi que le bâtiment en «U» adjacent au pavillon Ouest, datant du XIXe siècle.Les espaces du musée se déploient sur près de 2000 m2.Deux grands plateaux sont créés dans ce «U» tandis qu’une galerie nord-sud couverte d’une verrière zénithale le relie au pavillon.Quant aux extérieurs, une partie des toitures doit être végétalisée, pour s’harmoniser avec les espaces verts du square attenant.Le coût de ces travaux s’élève àenviron20millions d’euros principalement financé par la Ville de Paris,à hauteur de plus de 13millions d’euros. L’État et le legs d’Antoinette Sasse y contribuent, et la rénovation bénéficie égalementdu soutien de la Fondation d’entreprise La France Mutualiste, Fondation d’entreprise Carac, Fondation d’entreprise Banque Populaire Rives de Paris.Pendant la fermeture, les futurs visiteurs peuvent suivre l’avancée du chantier et les coulisses du futur musée dès maintenant sur chantier museeliberation.paris.fr.

Le nouveau musée sera accessible au 4 avenue du Général Rol Tanguy, Place Denfert Rochereau Paris 14e