Lors de son audition devant les députés le Professeur Raoult a dénoncé le poids et l’influence des lobbys de l’industrie pharmaceutique pour trouver un traitement contre la Covid-19. Mais qu’en est-il vraiment? Quels sont les conflits d’intérêt d’après Didier Raoult? État des lieux.

Mercredi 23 juin, le Professeur Raoult était convoqué à l’Assemblée Nationale afin d’expliquer à la Commission d’Enquête sa gestion de la pandémie de la Covid-19. L’éminent infectiologue a alors accusé Big Pharma ayant une main mise sur les traitements et les liens qu’entretiendraient d’éminents scientifiques avec celle-ci. Mais au juste, quels sont les conflits d’intérêt d’après Didier Raoult?

Combien les professionnels de santé ont-ils reçu de l’industrie pharmaceutique ?

D’après l’ordonnance 2017 « anti-cadeaux » les conflits d’intérêt entre les professionnels de santé et l’industrie pharmaceutique sont interdits. Afin que le grand public connaissent les relations entre l’industrie pharmaceutique et les médecins ou chercheurs, l’État a créé un site : www.transparence.sante.gouv.fr.

D’après le collectif Data+Local a enquêté et s’est aperçu que 92 millions d’euros avaient été versés aux laboratoires de l’industrie pharmaceutique et que 30 000 praticiens des 32 CHU (Centres Hospitaliers Universitaires) avaient pu en bénéficier.  

Mais qui sont les heureux bénéficiaires et combien ont-ils gagné?

D’après Data+Local, voici combien auraient touché les professeurs et docteurs par les laboratoires Gilead et/ou Abbvie

Le Pr François Raffi de Nantes
Le chef de service d’infectiologie du CHU de Nantes aurait perçu 541 729 euros, dont 52 812 euros du laboratoire pharmaceutique Gilead qui a mis au point le remdesivir qui serai le premier traitement probant contre la Covid-19 et qui vient d’être approuvé par l’Europe ce vendredi 26 juin.

Pour info : Didier Raoult aurait reçu un appel téléphonique anonyme venant du CHU de Nantes le menaçant et lui demandant d’arrêter immédiatement ses recherches sur l’hydroxychloroquine. Le professeur Raoult a porté plainte.

Le Pr Jacques Reynes de Montpellier
Il aurait perçu 291 741 euros, dont 48 006 euros du laboratoire Gilead et 64 493 € du laboratoire Abbvie qui produit le Kaletra des antiviraux utilisés jusqu’à présent dans le traitement du Sida.

Pour info : Olivier Véran le ministre de la Santé a demandé à Jacques Reynes de faire des recherches sur l’hydroxychloroquine à Montpellier alors qu’il était coordonateur national de deux études sur le remdevisir pour Gilead. Conflits d’intérêts?

La Pr Karine Lacombe de Paris – Saint Antoine
Elle aurait perçu 212 209 euros, dont 28.412 € de Gilead.

Le Pr Jean Michel Molina de Paris – Saint Louis
Le professeur Molina aurait reçu 184 034 euros, dont 26 950 euros du laboratoire Gilead et 22 864 € du laboratoire Abbvie et a démontré, lors de ses recherches, l’inefficacité de l’hydroxychloroquine dans Médecine et Maladies infectieuses.

Le Pr Gilbert Deray de Paris
Le professeur de néphrologie Gilbert Deray aurait reçu 160 649 euros.

Le Pr Jean-Paul Stahl de Grenoble
Le médecin et rédacteur en chef du Journal Médecine et maladies infectieuses aurait reçu 100 358 euros, dont 4 552 euros du laboratoire Abbvie.

Pour info : le Professeur Gilbert Deray a comparé le Plaquénine à du papier toilette.

Le Pr Christian Chidiac de Lyon
Président de la Commission Maladies transmissibles du Haut Conseil de la Santé Publique, le Professeur Chidiac aurait reçu 90 741 euros, dont 16 563 euros du laboratoire pharmaceutique Gilead. 

Le Pr Bruno Hoen de l’Institut Pasteur
Il aurait reçu 82 610 euros, dont 52 012 euros du laboratoire Gilead.

Le Pr Pierre Tattevin de Rennes
Président de la SPILF (Société de Pathologie des pathologie infectieuse de Langue Française), aurait reçu 79 956 euros, dont 15 028 euros du laboratoire Gilead.

Le Pr Vincent Le Moing de Montpellier
Il aurait perçu 68 435 euros, dont 4 776 euros € de Gilead et 9 642 euros du laboratoire Abbvie.

Le Dr Alain Makinson de Montpellier
Le docteur aurait reçu 63 873 euros, dont 15 054 euros de Gilead.

Le Dr François-Xavier Lescure de Paris – Bichat
Adjoint de Yazdan Yazdanpanah, membre du Conseil scientifique Covid-19, et, co-auteur de l’étude sur remdésivir publiée dans le New England Journal of Medicine. Il aurait reçu 28 929 euros, dont 8 621 euros du laboratoire pharmaceutique Gilead. 

La Pr Florence Ader de Lyon
Adjointe du Professeur Christian Chidiac, la Professeur d’infectiologie qui coordonne l’essai clinique Discovery aurait reçu 11 842 euros , dont 3.750 euros du laboratoire Gilead.

A savoir : Les professionnels de santé ont besoin de partager leur expertise ou la création de nouveaux traitements auprès de l’industrie pharmaceutiques afin de les promouvoir et qu’ils soient développés. Sans cette coopération aucun nouveau traitement ne peut voir le jour.

Des organisations de santé publiques en lien avec le lobby de l’industrie pharmaceutique

Didier Raoult a également déclaré que la Haute autorité de santé (HAS) ainsi que l’Agence nationale de sécurité des médicaments (ANSM) avaient des « conflits d’intérêts très sérieux » avec Big Pharma. Ses accusations seraient prouvées sur le site qui milite activement contre les lobbys de l’industrie pharmaceutique et les professionnels de santé :  Euros for Docs.

Enfin, le professeur Raoult  a jeté l’opprobre sur les Centres Nationaux de Références dont les membres sont « comme des blaireaux dans leur terrier qui mordent quand on s’en approche » et de l’Institut Pasteur et de l’Inserm «  qui ferment à 19 heures ». Sans compter sur les terribles failles du gouvernement n’ayant pas mis en place des tests de dépistage massifs de la Covid-19.

Cependant pour ces fameux tests de dépistage, nous sommes en droit de nous demander pourquoi l’IHU (Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille) étant un pôle à rayonnement mondial dans le domaine des maladies infectieuses et dirigé par l’éminent Professeur Didier Raoult, n’a pas aidé les autres régions de l’hexagone à en obtenir vu qu’ils étaient d’après le Professeur, si simples à faire. Et cela ne concerne pas que tout le territoire français : même les quartiers nord de Marseille; très impactés par le coronavirus; n’avaient pas de test PCR. Résultat, ce sont plusieurs associations, dont Médecins sans Frontières, qui a mis en place les-dits tests dans deux centres de diagnostique.

Karine Lacombe réfute les propos du Didier Raoult

Lors de son audition à la Commission d’Enquête, le Docteur Karine Lacombe, infectiologue, spécialisée dans le VIH et les hépatites, a nié en bloc les accusations du Professeur Raoult quant à d’éventuels conflits d’intérêt au sein de la communauté scientifique et du désir de mettre tel ou tel traitement en avant plutôt qu’un autre. L’hypoyhèse de départ a toujours été de chercher le meilleur traitement thérapeutique dont l’hydroxichloroquine; Ce qui a été fait dans de nombreux instituts dont ceux de Paris et d’Angers. Didier Raoult n’a pas fait d’effet randomisé et n’a, dans son étude, en mars, que six patients car il estime que moins il y a de gens, plus les résultats sont significatifs et qu’au delà de 1000 personnes les essais ne sont pas probants. Ceux que réfutent les chercheurs. De plus, ces six patients ont été traités à l’hydroxychloriquine alors qu’ils n’avaient que très peu de symptômes. Cette méthode est-elle sérieuse et valable?

Quant aux conflits d’intérêt le Docteur Karine Lacombe a déclaré devant la Commission : « Je n’ai aucune preuve qu’il n’y a pas eu (…) de conflits d’intérêt, de financements occultes. Je me prononce en tant que médecin, qui a été en contact avec certains membres » de ces instances : « je n’ai jamais eu le sentiment qu’il y ait eu un médicament plus poussé qu’un autre. Au contraire, on nous a poussé à monter les essais nécessaires pour montrer que certains médicaments étaient efficaces, et peut-être plus que la prise en charge standard ».

L’AP-HP a accusé Didier Raoult pour faux témoignage lors de son audition du 23 juin 2020

Lors de son audition, Didier Raoult avait énoncé que « La mortalité dans les réanimations ici, dans ce travail toujours, est de 43%. Chez nous, elle est de 16% « , mais sans préciser d’où il tenai ces chiffres. « Le soin est passé au second plan« , avait continué le Professeur Didier Raoult.

Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP a déclaré :  « nous n’avons aucune donnée qui place à 43% la mortalité dans les réanimations de l’AP-HP », sans préciser quel est le taux.

« D’autre part, il n’y a à ce jour aucune étude publiée qui analyse comparativement les taux de mortalité en réanimation, évaluées dans des conditions contrôlées, entre les hôpitaux parisiens et marseillais« , ajoute-t-il.

C’est ainsi que l’AP-HP accuse le professeur Raoult de faux témoignage durant son audition devant les députés, le mercredi 23 juin, lors de la Commission d’Enquête.

Sophie Madoun