fumer-santecool

Le tabac tue. On le sait tous. Mais pourquoi continuez à réprimer incessamment les fumeurs, à les traiter comme des pestiférés, à vouloir les surtaxés alors que la logique voudrait qu’on interdise ce poison ?

 

Marre ! Marre des allégations qui restreignent notre liberté de jouir de la vie. Depuis une dizaine d’année tout va de mal en pis. On nous empêche de fumer dans les lieux publics sans nous octroyer une pièce bien aérée pour fumer notre clope chérie. Seuls les grands établissements possèdent un fumoir. Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne, boire un café dans un bar sans une cigarette est une hérésie. Et bientôt, à l’instar de municipalité comme New-York, il nous sera impossible de griller une petite cigarette dans la rue ! Tenez, à la Ciotat, dans les Bouches-du Rhône, il est désormais interdit de fumer sur la plage. Et une députée du XVème arrondissement de Paris vient de déposer un projet de loi visant à interdire de fumer à dans les secteurs enfants de Paris Plage.

 

Parfait. On restera chez soit pour jouir pleinement de nos petites blondes chéries. Jusqu’au jour, où il sera, également, interdit de fumer dans notre propre appart, notre balcon ou terrasse sous prétexte que l’on pollue notre voisinage. Des faits de la sorte, plainte à l’appui, font déjà les choux gras des tribunaux de bon nombre d’états américains, surtout Californiens.

Puisque les cigarettes sont régulièrement surtaxées, que l’on nous dit qu’elles tuent, provoquent des maladies cardio-vasculaires, des cancers du poumon, de la gorge, de la mâchoire, de la vessie ; et si vous demander à des experts ; de tous les adénocarcinomes répertoriés ; pourquoi l’état n’interdit-il pas purement et simplement le tabac ?

Il nous fait la morale mais est complice de notre addiction. Ce n’est pas nous qui avons décidé de fumer. Ado, on a pris exemple sur les « grands », vous savez ceux qui étaient sût d’eux, épanouis, charismatiques. Et n’allez pas me dire qu’à l’époque, « Ils » ne savaient pas les ravages du tabac. Moi qui était encore enfant dans les années 80, ai subi les pièces et voitures sur enfumés par mes parents et amis de ceux-ci. Et je suis loin d’être né dans un milieu non informés. Cadres sup’ mes parents fervents amateurs de littérature et de presse d’opinion, étaient pleinement conscients de ce qu’ils faisaient. Mais n’en n’avaient cure. Je ne leur jette pas la pierre. Loin de là !

Alors que fait l’état ? Depuis les années 50, les épidémiologistes ont mis en avant les méfaits du tabac, de la nicotine, de ses adjuvants,… mais « On » a fermé » les yeux. Normal : le tabac rapporte beaucoup d’argent : 12 milliards d’euros et 70% du prix du paquet va à l’état.

Suivons donc la logique de Monsieur Attali et interdisons la vente de ce poison !