l-osteopathie-tout-un-art-santecool.netLe mot « ostéopathie » vient du grec « osteon » (os et de pathos (affection) Née aux États-Unis, l’Ostéopathie existe depuis plus d’un siècle dans ce pays. En France, sa pratique s’est surtout étendue depuis une vingtaine d’années profitant de l’engouement pour les médecines douces. Zoom sur une profession bénéficiant d’un nouveau cadre légal …

 

Le Dr Andrew Taylor Still, s’est inspiré pour ses travaux de recherche, de concepts tirés de la médecine antique grecque et égyptienne, ainsi que de la médecine de la Renaissance. Il formule le postulat selon lequel “la structure gouverne la fonction”, l’idée étant que la conservation de la santé met en jeu un équilibre de la charpente osseuse, cette dernière assurant à son tour le bon fonctionnement des systèmes nerveux, musculaire et circulatoire.

L’ostéopathie est basée sur des principes fondamentaux :

- L’unité du corps
- Le rôle suprême de l’artère
–  L’homéostasie
-  Le lien entre structure et fonction
 – La prépondérance du système musculo-squelettique
 – Le principe de réparation ou de compensation

Un organisme dont le fonctionnement ne répond pas à l’un de ces principes sera inévitablement sujet à des répercussions plus ou moins néfastes, avec une vitesse d’évolution plus ou moins rapide telle que l’arthrose, les déficiences nerveuses, l’atrophie musculaire, la modification de tissus ou d’organe.

Médecine traditionnelle VS Ostéopathie

1905 est l’année de publication du Rapport Flexner. La médecine traditionnelle toujours prédominante, fortement organisée et structurée face à la toute jeune médecine ostéopathique, par le biais de la puissante Association de Médecine Américaine (AMA), exerce alors une énorme pression sur les pouvoirs publics qui nommèrent alors la commission Flexner. Celle-ci obtint, après inspection des institutions médicales privées, la fermeture de nombreux collèges et empêcha la création de ceux en cours de constitution.
L’opinion publique en fut tellement scandalisée que des pétitions au niveau national obligèrent le président Théodore Roosevelt, dont la famille était traitée par Ostéopathie, à autoriser l’ouverture de ces collèges en cours de constitution.

L’Ostéopathie, en quelques dates…

1892  l’American School of Osteopathy ouvre ses portes à Kirksville. C’est le 1er collège d’ostéopathie au monde.

1892 à 1900  l’Ostéopathie s’étend dans tout le Sud des États Unis.

1894 à 1900  l’Ostéopathie acquiert le droit d’exercice dans la plupart des États comme profession paramédicale.

1869  Le Vermont est le 1er État Américain à légitimer l’Ostéopathie, il aura fallu attendre 100 ans pour que le dernier État obtienne ce même
droit. La profession d’ostéopathe obtient alors des droits et des privilèges médicaux et chirurgicaux.

– 1918  Ouverture de l’École Britannique d’ostéopathie créé par John Martin (ancien élève de Still).

En France, cette pratique restera confidentielle jusqu’aux années 1950 et 1960, années durant lesquelles le Syndicat national des Ostéopathes sera fondé. L’engouement pour cette médecine manuelle débutera véritablement dans les années 1970.

Aujourd’hui, L’Ostéopathie est soutenue par l’Organisation Mondiale de la Santé au titre de Médecine préventive et conservatrice de la Santé. La Convention européenne d’Ostéopathie s’est tenue à Bruxelles en 1987 et la définition de cette discipline a été établie comme une science, un art et une philosophie des soins. Des textes de lois publiés par le gouvernement français, selon le décret du 25 mars 2007 relatif à la formation des Ostéopathes régissent cette discipline.

L’Ostéopathie, tout un art…

Pour établir son diagnostic, le praticien ostéopathe doit déceler où se situe la “lésion ostéopathique” en analysant la mobilité des différentes structures corporelles. Le traitement repose sur des techniques de pression et d’élongation ainsi que sur des manipulations vertébrales et parfois crâniennes.

Les pathologies concernées sont variées et ne se limitent pas aux affections de la colonne vertébrale comme :
– la sciatique,

– le lumbago,

– le torticolis,

– les douleurs d’épaules, de côtes, les maladies de l’appareil locomoteur comme l’arthrose, les conséquences des traumatismes, etc.

Les Ostéopathes prennent, en effet, aussi en charge des problèmes aussi divers que :

– les maux de tête ou les vertiges,

– l’anxiété,

– les troubles du sommeil,

– l’asthme,

– les colites,

– les “petits maux” liés à la grossesse,

– etc.

De fait, comme les Ostéopathes l’admettent eux-mêmes, cette médecine manuelle n’est pas adaptée aux maladies graves, purement organiques ou s’accompagnant d’états infectieux ou inflammatoires importants.
Elle s’adresse plutôt à des pathologies fonctionnelles où corps et psyché sont liés.

L’Ostéopathie est aussi parfois employée chez des nourrissons pour régler des problèmes d’agitation ou du sommeil ou supprimer une déformation du crâne secondaire, par exemple due à la pose de ventouses ou à l’utilisation d’un forceps durant l’accouchement.

S.M.