Kansas University Medical Center a publié le 9 juillet dernier, dans la revue Integrative Cancer Therapies, les résultats d’une étude in vitro et in vivo réalisé sur le cancer du pancréas. Cette étude a démontré que l’extrait naturel de Pao Pereira (PAO V de Natural Source International, riche en Flavopereirine) inhibe les cellules souches cancéreuses du pancréas et donc qu’il est actif dans le cadre d’un traitement de prévention d’une rechute. Cette étude est majeure et pourrait bien marquer un tournant dans la recherche contre le cancer. Il n’existe à ce jour aucun traitement efficace permettant d’éradiquer les cellules souches cancéreuses.

 

Kansas University Medical Center a publié le 9 juillet dernier, dans la revue Integrative Cancer Therapies, les résultats d’une étude in vitro et in vivo réalisé sur le cancer du pancréas. Cette étude a démontré que l’extrait naturel de Pao Pereira (PAO V de Natural Source International, riche en Flavopereirine) inhibe les cellules souches cancéreuses du pancréas et donc qu’il est actif dans le cadre d’un traitement de prévention d’une rechute.

Focus sur les cellules souches cancéreuses : Les CSC représentent la partie infime de l’ensemble des cellules d’une tumeur qui survit aux thérapies. Alors que la plupart des cellules cancéreuses sont détruites par les traitements anti‐cancer, les CSC survivent, se propagent et relancent la croissance tumorale. Les CSC font aussi références aux « Cancer Stem like » parce qu’elles prolifèrent de la même façon que les cellules souches normales impliquées dans la réparation des tissus. Contrairement aux cellules souches normales elles sont cancéreuses et chimio‐résistantes.

 

Résultat de l’étude publiée par Kansas University Medical

 

Lors de l’étude In vivo, le Pao Pereira a inhibé la capacité des CSC du pancréas à former des tumeurs, ce qui est en soi la caractéristique typique des CSC. Au 6eme jour (Graphique A), le taux de formation des tumeurs dans le groupe témoin atteint 80%, alors qu’il n’est que de 10% dans le groupe traité avec le Pao Pereira. Au 20ème jour, jour d’arrêt du traitement, toutes les souris du groupe témoin ont des tumeurs sur les deux flancs (tumeurs formées à 100%), alors que pour le groupe traité avec le Pao Pereira le taux de formation n’est que de 30%. En comparaison avec groupe témoin, le Pao Pereira a eu un effet positif sur la formation et la croissance des tumeurs

Cette étude a démontré que l’extrait naturel de Pao Pereira inhibe les cellules souches cancéreuses du pancréas et donc qu’il est actif dans le cadre d’un traitement de prévention d’une rechute.

L’impact sur les récidives de cancer du pancréas

Faute de diagnostic précoce, seuls 10% des patients environ sont diagnostiqués avant que le cancer se soit métastasé et peuvent espérer un taux de survie à 5 ans est d’environ 32%. Pour la majorité des patients diagnostiqués à un stade avancé, le taux de survie à 5 ans est inférieur à 5%, ce qui est l’un des plus bas de tous les types et de tous les stades de tumeurs malignes.

Il n’existe à ce jour aucun traitement efficace permettant d’éradiquer les cellules souches cancéreuses. Elles sont résistantes aux chimiothérapies et radiothérapies. Malheureusement les résidus de cellules souches cancéreuses présents après une rémission sont une des principales sources de récidives de cancer. Une fois réduites, elles se dispersent dans d’autres organes du corps, se multiplient en recréant ainsi d’autres cancers voire des cancers généralisés.

La Fondation Beljanski dispose de nombreux témoignages de patients ayant expérimenté avec succès l’action du Pao Pereira. Leurs témoignages sont maintenant validés par l’étude in vitro et in vivo publiée par Kansas University Medical Center. Traiter les patients atteints d’un cancer du pancréas avec du Pao Pereira pourrait diminuer le nombre de récidives.

La Fondation Beljanski s’est fournie auprés de Natural      Source International pour obtenir les échantillons de Pao Pereira ayant été utilisés par Kansas University Medical Center. Ces échantillons sont les seuls à assurer une teneur en flavopéreirine suffisante pour obtenir les résultats présentés dans la présente publication.