Stop-aux-violences-conjugales-santecool

On ne le répètera jamais assez : toute violence faite aux femmes est inadmissible. Hélas, la réalité est très alarmante. Pour preuve, les effrayants chiffres de l’Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (ENVEFF), rendue publique en 2001. De ses conclusions est sorti un «indice global» de violence : 10% des femmes vivant en couple s’en déclarent victimes. Comment expliquer ce chiffre alarmant? Quelles sont les types de violences? Réponses.

 

On a souvent l’impression que la violence conjugale est un phénomène nouveau. Loin de là ! Au temps des Romains par exemple, le mari avait droit de vie ou de mort sur son épouse.

 

L’éducation sexiste

 

La violence envers les femmes est « légitimée » par les religions et surtout par l’éducation sexiste, c’est-à-dire par l’éducation des hommes en tant qu’homme qui, depuis plusieurs millions d’années, est conçue pour en faire des chasseurs ou des guerriers, alors que les femmes sont éduquées pour le rôle de cueilleuses, de fées du logis.

Très tôt, le petit homme apprend à utiliser la force comme atout pour dominer et contrôler les autres. Pour ce faire, l’éducation des garçons en tant que futur dominant se fait dans la douleur, surmontant les épreuves infligées par leurs camarades, leurs pères, leurs enseignants, leurs entraîneurs sportifs, leurs lectures, les films, etc. Les garçons sont contraints de dénigrer des valeurs dites féminines… et malheur aux « pédés », aux « femmelettes », à ceux « qui n’ont rien dans la culotte ».

Les stéréotypes sexistes renforcent l’idée saugrenue selon laquelle les hommes seraient forts, protecteurs, responsables, sérieux, intelligents, rationnels, logiques, maîtres de leurs émotions ; décidés, capables, courageux, entreprenants, ambitieux, et qu’ils ont des droits sur les femmes qui seraient faibles, émotives, sensibles, fragiles, belles, tendres, affectueuses, maternelles, dévouées, aimantes, dociles…. passives, masochistes, futiles, coquettes, bavardes, versatiles.

Bref, la femme est le repos du guerrier, comme se plait à le dire Saint Augustin, et Saint Paul avant lui… qui ordonne « le silence en toute soumission » et ne permet pas « à la femme d’enseigner ni de faire la loi aux hommes (1 Tm 2,12) ». On lit les mêmes préceptes dans le Coran, la Torah, etc.

Il existe plusieurs formes de violences :

 

1. La violence psychologique : injures, insultes, humiliation, menaces, dévalorisation, rejet, jalousie excessive, contrôle des sorties et des activités, contrôle de l’habillement, harcèlement sous forme d’appels ou de visites non désirés, destruction de biens, privation d’affection, menaces persistantes de suicide, menaces de rupture, menaces d’enlèvement des enfants, menaces d’expulsion du logement, isolement des proches et des amis, séquestration.

2. La violence physique : gifles, coups de poing, blessures…

3. La violence sexuelle : contraintes à des actes sexuels non désirés, douleur ou blessures infligées pendant les rapports sexuels, obligation de regarder des films pornographiques, perte du droit de prendre des décisions relatives à la contraception, la grossesse et l’avortement.

4. La violence économique : contrôle du budget, absence d’aide aux dépenses ménagères, appropriation de l’argent sans consentement, coupure des vivres, barrage à l’obtention d’un emploi.

La violence ne saurait s’expliquer par une simple « perte de contrôle de soi », un dérapage dû au stress, à l’alcool ou à toute autre chose. Bien au contraire, les études démontrent qu’il existe une véritable escalade de la violence, d’abord psychologique et verbale puis physique et sexuelle, dans une sorte de scénario répétitif ascendant que la femme n’arrive pas à décrypter. Une « lune de miel » pleine de promesses pour un avenir meilleur s’installe après l’explosion de violence… avant que s’enclenche une nouvelle escalade de violence : c’est pourquoi la femme trouve souvent des excuses aux actes de son partenaire….

Quelques chiffres

En 1999, les violences sexistes en France ont été évaluées sur un échantillon de 6.970 femmes âgées de 20 à 59 ans : les chiffres sont les suivants :

Violences dans la sphère privée

– 10 % des femmes vivant en couple
– 30 % des femmes nouvellement séparées de leur compagnon au moment de l’enquête.
Violences conjugales selon le milieu social :
– les agricultrices sont les moins atteintes (5,1 %),
– les étudiantes (12,4 %) et les foyers vivant des allocations chômage ou RMI (13,7 %) les plus affectés
Source : Secrétariat d’État aux Droits des Femmes

A la question : qui est à l’abri de la violence conjugale ? La réponse est sans équivoque : personne ! L’oppression des femmes touche tous les pays et toutes les cultures, elle est encouragée par toutes les religions.

Sophie Madoun