De nombreux produits, tels que les télécommandes ou certains jouets, contiennent des piles bouton. Des accidents graves, parfois mortels, liés à l’ingestion de ces piles bouton par de jeunes enfants sont régulièrement signalés par les centres antipoison. Piles boutons et jeunes enfants : des conséquences graves en cas d’ingestion, les actions pour prévenir ces accidents.

Elles sont rondes, plates et brillantes et rendent de grands services ? Ce sont… les piles boutons au lithium ! La miniaturisation des appareils électroniques et la multiplication des objets connectés ont fait de ces piles un élément incontournable de notre quotidien. Clés de voiture, télécommande, pèse personnes, on les retrouve partout et même dans les jouets des enfants. Piles boutons et jeunes enfants : des conséquences graves en cas d’ingestion.

Mais si elles nous rendent de grands services, elles représentent aussi un risque potentiel pour les jeunes enfants. Petites, brillantes, elles attirent l’œil des plus petits qui peuvent être tentés de les mettre à la bouche. L’ingestion d’une pile bouton au lithium constitue une urgence pédiatrique.

LES DANGERS DE L’INGESTION DE PILES BOUTONS AU LITHIUM

“Les dangers liés à l’ingestion d’une pile bouton au lithium sont multiples et réels. En plus du risque d’asphyxie, l’ingestion peut causer des dommages irréversibles à l’organisme. L’ingestion d’une pile bouton au lithium peut provoquer dans un délai très court (moins de 2 heures) des complications très graves telles que : des brûlures, des perforations œsophagiennes, une hémorragie du tube digestif (œsophage, estomac, intestins), voire la perforation des voies respiratoires pouvant aller jusqu’au décès de l’enfant. En cas de doute, il ne faut pas hésiter une seconde à contacter le SAMU”,  précise le Docteur Suzanne Tartière, médecin urgentiste au Samu de Paris.

Même en l’absence d’obstruction des voies respiratoires ou d’autres signes, l’ingestion d’une pile bouton représente un danger grave pour un enfant, En effet, une pile avalée peut entraîner très rapidement la formation de lésions potentiellement mortelles.

Sur la période 2015-2018, la DGCCRF a contrôlé 133 jouets électriques dont 5 se sont révélés non conformes, les piles boutons étant accessibles. Des hand-spinners lumineux ont ainsi été retirés du marché. La DGCCRF poursuit les contrôles relatifs à l’accessibilité des piles dans les jouets électriques et s’intéressera également à la sécurité des emballages des piles boutons. Ces enquêtes réalisées à tous les stades du marché visent à prévenir les risques que peut faire courir une utilisation inappropriée des piles boutons notamment par les jeunes enfants.

Nous savons que si les parents ont presque tout bon et ont des comportements adaptés, le risque reste réel et fort. L’an dernier, plus de 1 200 enfants ont été hospitalisés suite à l’ingestion d’une pile bouton au lithium. Il est de notre rôle et de notre devoir en tant que fabricant et l’un des leaders mondiaux de les accompagner dans la prévention. Nous avons lancé dès 2017 des emballages ultra-sécurisés avec double coque-inviolable. Cette année, pour la seconde année consécutive, nous reconduisons une grande campagne de sensibilisation auprès des professionnels spécialistes de la petite enfance et du grand public. Nous avons choisi d’aller encore plus loin et innovons en lançant la première pile au goût amer pour prévenir tout risque d’ingestionprécise Denis Pons de Vier, Directeur Général France Duracell.

Dans le cadre d’une action conjointe, la Direction générale de la Santé (DGS), la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) travaillent avec les professionnels concernés par la mise sur le marché de piles ou de produits contenant des piles bouton, afin d’améliorer la sécurité des produits et de prévenir les accidents.

PILES ET COMPORTEMENTS DE SÉCURITÉ

Il est important que l’entourage des jeunes enfants adopte les bons réflexes afin de prévenir les risques et de réagir en cas d’ingestion, même supposée, de piles boutons. On estime, en effet, que, chaque année en France, plus de 1 200 visites aux urgences sont liées à l’ingestion de piles boutons. Elles concernent très majoritairement les 0-5 ans.

Piles boutons et jeunes enfants : des conséquences graves en cas d’ingestion

Afin d’éviter tout risque d’ingestion de piles boutons, il faut respecter les consignes suivantes :

  • conserver les piles bouton hors de portée d’un enfant (y compris les piles usagées);
  • vérifier que le compartiment à piles est bien sécurisé et ne peut pas être ouvert. Dans le cas contraire, ne pas laisser l’objet contenant les piles bouton à disposition d’un enfant ;
  • privilégier l’achat d’appareils dont le compartiment à piles est sécurisé (présence d’une vis ou nécessité d’accomplir deux manœuvres indépendantes pour l’ouvrir) ;
  • en cas d’ingestion, MÊME SUPPOSÉE, d’une pile bouton, contacter IMMÉDIATEMENT un centre antipoison ou le 15 en indiquant explicitement à votre interlocuteur qu’il s’agit de l’ingestion d’une pile bouton. Chaque minute compte !

ENCORE PLUS DE SÉCURITÉ AVEC LA PREMIÈRE PILE BOUTON AU LITHIUM AU GOÛT AMER

Dès 2017, Duracell est le premier fabricant à proposer un pack sécurité enfant sur les piles boutons au lithium en créant un emballage intégrant une double-coque inviolable. Chaque pile est emballée individuellement et le packaging ne peut s’ouvrir qu’en utilisant une paire de ciseaux.

Pour sensibiliser les parents et grands-parents, Duracell ajoute sur ses emballages et sur ses produits des avertissements consommateurs pour prévenir des risques liés à l’ingestion des piles.

En 2019, Duracell innove et ajoute sur ses piles boutons au lithium du benzoate de dénatonium, la substance la plus amère au monde. Cette substance est dejà utilisee par de nombreux fabricants de produits d’entretien menagers (dosettes de lessive), cosmetiques (shampoing) et produits de jardinage pour son amertume. Elle est totalement inoffensive en cas de consommation mais peut sauver des vies.

Son goût ultra-amer, meme en dosage infime, réduit les risques d’ingestion et donc d’intoxication. Son goût, demultiplié pour les enfants, les fait immédiatement et instinctivement recracher la pile !

Chaque pile bouton au lithium Duracell est recouverte sur une partie de sa surface d’un sticker imbibe d’une couche de benzoate de denatonium.

 

Centres anti-poison : http://www.centres-antipoison.net/

A lire :

 Les petits gestes qui sauvent, Suzanne Tartière – Bayard