A la fois traditionnelle et révolutionnaire, l’étiopathie répond avec rapidité et efficacité au besoin immédiat des patients. Lumière sur une discipline encore trop méconnue.
Etiopathie-un-savoir-ancestral-santecool

Qu’est-ce que l’étiopathie ?

Le terme Étiopathie vient du grec aïtia cause et pathos, ce qui affecte le corps. Le toucher est à l’origine même de l’acte thérapeutique, il a été le premier geste instinctif et empirique exercé sur un être vivant pour éradiquer le mal.

L’art de soigner remonte à la nuit des temps. D’Asklepios, (Dieu de la médecine), à Ambroise Paré, (rebouteur et chirurgien empirique, Père de la chirurgie moderne – 1509 – 1590), on trouve toujours la trace de ces techniques indispensables au bon maintien du corps dans sa fonctionnalité naturelle.

Le principe premier de l’Étiopathie est d’établir la cause des phénomènes pathologiques pour leur appliquer les techniques de thérapie manuelle les mieux adaptées.

L’Étiopathie comme méthode de recherche et de traitement s’inspire à la fois de l’empirisme des techniques ancestrales du reboutement mais aussi de l’approche systémique du fonctionnement du corps humain.

Elle est ainsi l’héritière de l’art des rebouteux qui n’ont cessé de transmettre leur savoir-faire pour réparer les accidents articulaires, du dos, de la circulation sanguine, tous ces maux qui “empoisonnent” notre vie quotidienne.

 

Comment travaille l’étiopathe?

Il en va finalement du corps humain comme d’une automobile. Le corps est un “système” très complexe mais cette prodigieuse machine peut tomber en panne.

L’étiopathe, comme un “mécanicien”, va devoir procéder à une analyse rigoureuse et logique pour détecter l’origine de cette panne, c’est-à-dire la cause, sans la confondre avec les effets constatés.

Le praticien fait un “diagnostic étiopathique” relatif à la cause. Cette analyse est donc totalement différente du diagnostic médical. Après avoir identifié l’origine des lésions, l’étiopathe va pouvoir appliquer le geste manuel qui va permettre de guérir le patient.

Dans bon nombre de traitements, l’Étiopathie se révèle plus efficace que la médecine classique et beaucoup moins onéreuse puisqu’elle réduit définitivement certaines affections chroniques et évite ainsi de nombreuses interventions chirurgicales.

Les dossiers existent, contresignés par des médecins non étiopathes, des professeurs, des doyens de facultés.

S’ils travaillent avec leurs mains et non avec l’assistance de la cornue du laboratoire pharmaceutique, c’est que la logique et l’expérience réunies ont montré que dans bon nombre d’affections, la chimie ne servait à rien puisqu’une simple intervention manuelle ciblée permettait la disparition des douleurs dont souffrait le malade, avec l’assurance qu’elles ne reviendraient pas.

Cette approche est fondamentale car elle tend véritablement à différencier l’étiopathie des autres méthodes existantes, qui, pour la majorité, s’en tiennent uniquement à soigner les effets et non la cause.

Que soigne l’étiopathie ?

L’étiopathie traite de très nombreuses pathologies concernant tous les âges, du nourrisson aux seniors, du sédentaire aux sportifs de haut niveau.

Elle peut aussi intervenir de façon complémentaire pour les maladies qui sortent de son domaine d’application (diabète, cancer, hypertension, dépression..) qui relèvent d’un traitement substitutif ou palliatif.

Ses limites sont celles de l’urgence médicale et chirurgicale. L’acte étiopathique permet ainsi d’intervenir rapidement soit pour traiter efficacement le patient soit pour le réorienter.

Les bébés: problèmes de régurgitation, diarrhées, constipations, traumatisme obstétricaux…

– Les enfants : Pathologies ORL, otites, rhinites, angines, bronchites, scoliose, asthme, énurésie…

– Les femmes enceintes : nausées, vomissements, lombalgies, jambes lourdes, ballonnements, préparation à la technique d’accouchement, hémorroïdes…

Les sportifs: entorses, tendinites, tennis et golf elbows, cervicalgies, dorsalgies, névralgies cervico-brachiales, algodystrophie, pubalgies, luxation, problèmes méniscaux…

 

Voici les principales indications

troubles ORL. :

*sinusites,

*rhinites,

*rhinopharyngites,

*otites,

*vertiges bénins,

troubles d’origine vertébrale :

*névralgie d’Arnold,

*névralgies cervico-brachiales, Etiopathie-un-savoir-ancestral-santecool

*torticolis,

*cervicalgies,

*dorsalgies,

*douleurs intercostales,

*lumbagos,

*lombalgies chroniques,

*cruralgies,

*pubalgies,

troubles de l’appareil locomoteur :

*entorses,

*foulures,

*tendinites,

*canal carpien,

*canal tarsien,

*douleurs articulaires,

troubles de la grossesse :

*nausées,

*vomissements,

*lombosciatiques,

*préparation à l’accouchement

-troubles respiratoires : trachéites, bronchites, asthme,

 – troubles digestifs :

*ballonnements,

*aérophagie,

*digestion lente,

*reflux gastro-œsophagien,

*colopathies fonctionnelles,

*troubles hépatobiliaires,

* hémorroïdes,

troubles urinaires:

*cystites,

*troubles de la prostate,

*incontinence,

*énurésie,

troubles gynécologiques :

*normalisation du cycle,

*règles douloureuses,

*infertilité,

*troubles de la ménopause,

*descente d’organes,

– troubles circulatoires :

*palpitations,

*oppression,

*jambes lourdes,

*maladie de Raynaud,

troubles généraux :

*céphalées,

*migraines,

*insomnies,

*anxiété,

*zona.

 

Où trouver un praticien ?

400 praticiens installés dans toute la France et tous inscrits au Registre National des Étiopathes (RNE), association à vocation ordinale qui veille au strict respect des règles déontologiques dont la profession s’est dotée. Ces professionnels se sont engagés à exercer selon les principes fondamentaux de la méthode étiopathique. A titre indicatif, il est à noter que plus de 700.000 consultations sont dispensées chaque année par les étiopathes (données statistiques établies) et le taux de sinistralité de la profession est infime.

 

Registre National des Étiopathes, et pour plus d’information : Institut Français d’Étiopathie – Tél. : 01 43 49 57 14

www.etiopathie.com