Deuxième pathologie reconnue en maladie professionnelle, le syndrome du canal carpien est l’un des troubles musculo-squelettiques les plus répandus en France. Traité par infiltrations et corticoïdes, il aboutit très souvent à une opération chirurgicale …  Heureusement, l‘Étiopathie pour soigner le syndrome du canal carpien est très efficace. Explications.

Informaticien ou couturière, secrétaire ou paysagiste, actif ou retraité, ils sont des centaines de milliers de personnes, en France, à souffrir du syndrome du canal carpien. Caractérisé par une douleur sur la face antérieure des os du carpe, celle-ci peut :

  • irradier aux trois premiers doigts (pouce/index/majeur),
  • concerner la   main   entière,   avec   des picotements et   des fourmillements, des engourdissements et des pertes de force. Allant parfois aussi irradier vers l’avant-bras, le coude et même l’épaule, sans parler de la forte recrudescence nocturne de la douleur…

Non traité ou mal traité, le syndrome du canal carpien peut causer la perte de l’usage  d’une main,  d’où  le  nombre  incroyablement  élevé  d’interventions chirurgicales : plus de 360 chaque jour en France !

Qu’est-ce que le syndrome du canal carpien

Le canal carpien est une zone anatomique située sur la paume de la main, délimitée par les os du carpe en arrière et un épais ligament en avant (ligament annulaire antérieur). Le nerf médian passe dans ce canal inextensible, ainsi que les 9 tendons fléchisseurs des doigts (fléchisseurs profond et superficiel de chaque doigt long et long fléchisseur propre du pouce). Les tendons sont entourés d’une gaine synoviale. Le nerf médian assure la sensibilité des pulpes du pouce, de l’index et du majeur. Il assure également l’innervation motrice de certains muscles du pouce, les muscles thénariens.

Le syndrome du canal carpien (SCC) résulte d’une compression de ce nerf médian. Cette compression est souvent déclenchée ou majorée par un mouvement répétitif de la main, dans le cadre du travail, par la pratique d’un sport ou d’un loisir. Le syndrome peut aussi être constaté en présence d’une utilisation normale de la main, voir comme effet secondaire de maladie (diabète, polyarthrite rhumatoïde) ou, dans une minorité de cas, d’un phénomène articulaire extérieur (par exemple, une fracture).

Comment soigner le syndrome du canal carpien

Deux possibilités s’offrent aux patients souffrant d’un du syndrome du canal carpien (SCC). Le recours à la médecine classique comporte deux types de traitement : soit par des infiltrations de corticoïdes localement et/ou une immobilisation par attelle, soit le plus souvent par traitement chirurgical. Ce dernier étant appliqué soit en première intention, soit après l’échec des traitements non-chirurgicaux. Cela se traduit par près de 130.000 opérations annuelles du canal carpien en France depuis quinze ans, pour environ 200.000 nouveaux cas de SCC signalés chaque année1. A noter que ces opérations avaient fortement augmenté, puisqu’on en comptait 79 452 en 1998 (communication du Centre de Recherche, d’Études et de Documentation en Économie de la Santé (CREDES) en 1999)2.

L’autre traitement est celui proposé par l’Étiopathie. Le phénomène de départ constaté est le même : formé par une gaine synoviale entourant des tendons, traversé également par le nerf médian, le canal carpien n’est pas extensible. Si la gaine sécrète du liquide synovial en surabondance, il s’ensuit une compression du nerf médian et des tendons, conduisant à une inflammation et à un engourdissement de l’ensemble de ces structures dû au manque d’approvisionnement en sang.

Pour l’Étiopathie, thérapie manuelle fondée sur la recherche de la causalité des phénomènes pathologiques et sur l’analyse de ces derniers, le syndrome du canal carpien reste un problème neuro-circulatoire relativement simple, d’origine mécanique vertébrale qui, pris rapidement en charge, ne nécessite que très rarement une opération.

L’étiopathie, une autre approche de la médecine classique

L’Étiopathie pour soigner le syndrome du canal carpien considère le canal carpien comme un système à part entière, en interaction permanente avec deux autres systèmes : neurologique et circulatoire dont l’innervation se situe au niveau de la colonne vertébrale. Le geste répétitif ou la posture inadaptée impactent non seulement la main, mais toute la partie du corps comprise entre la colonne vertébrale et la main. En dehors des rares cas de problèmes mécaniques au poignet, la cause du dysfonctionnement n’est pas locale mais se situe à distance, au niveau de la colonne vertébrale (cervicale et dorsale), où émerge entre autres le nerf médian, entraînant un trouble neurologique voir circulatoire à la main.

En langage étiopathique : les fourmillements, engourdissements et douleurs relèvent d’un trouble de la conduction nerveuse consécutif aux lésions étiopathiques articulaires vertébrales, situées aux étages d’émergence des nerfs du poignet et de la main. Celles-ci peuvent aussi avoir pour conséquence une congestion du ligament annulaire du carpe, ce qui diminuera l’espace dans le canal carpien, auquel cas un travail local sur celui-ci sera effectué par l’étiopathe.

Mais plus la prise en charge se fait tôt, dès les premiers symptômes, moins de séances seront nécessaires, et le traitement consistant à intervenir sur la zone cervico-dorsale permettra à lui seul de supprimer l’ensemble des troubles perçus par le patient.

A l’inverse, dans les cas où cette congestion du ligament annulaire du carpe, non prise en charge, aura entraîné avec le temps une fibrose du ligament (environ 5 % des cas), l’action chirurgicale sera toujours nécessaire.

Reste que dans l’immense majorité des cas, l’Étiopathie, en supprimant les causes distantes et éventuellement locales, permet d’éviter la chronicité du syndrome du canal carpien, sans recourir à la chirurgie, ni aux attelles ou autres médicaments. L’Étiopathie pour soigner le syndrome du canal carpien est très efficace!

 

Sources :

  • HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ, Rapport d’évaluation technologique : Chirurgie du syndrome du canal carpien : approche multidimensionnelle pour une décision pertinente, Septembre 2012, pp. 16 et 17.

 

  • National Center for Health Statistics. Number of stays with surgical procedures done in the United States and France and percentage of these procedures which are ambulatory. Figure 7. In: Sourty le Guellec MJ, editor. Hospital use in France and in the United States. Intervention présentée au National Conference on Health Statistics. Washington DC, août 1999. PARIS: CREDES; 1999. p. 8.