regime-mediterraneen-reduirait-rhumatisme-santecool

Deux nouvelles études présentées dans le cadre du Congrès annuel de la Ligue européenne contre le rhumatisme (EULAR 2014) ont permis de mieux comprendre le lien entre l’apport alimentaire en acides gras mono-insaturés et en cholestérol et l’activité respective de la polyarthrite rhumatoïde (PR) et de l’arthrose (OA).

Des chercheurs étudient le lien entre l’alimentation et différents types d’arthrite depuis les années 1930.3 Si le lien entre l’alimentation et l’arthrite est vraisemblablement complexe, ces deux études ont mis en évidence l’importance de la prise en compte de l’apport alimentaire en acides gras monoinsaturés et en cholestérol dans le traitement des patients atteints respectivement de PR et d’arthrose.

Dans l’étude TOMORROW, un apport journalier en acides gras mono-insaturés dans le cadre d’un régime méditerranéen s’est avéré être un indicateur indépendant de rémission chez des patients atteints de PR : les acides gras mono-insaturés peuvent ainsi réduire l’évolution de la maladie1.

Dans une autre étude, utilisant un modèle animal expérimental d’OA, l’accumulation de cholestérol LDL a donné lieu à une augmentation de l’épaississement synovial et à la formation d’os ectopique, les taux de cholestérol excessifs s’étant traduits par des lésions accrues du cartilage2

L’apport alimentaire en acides gras mono-insaturés est un indicateur indépendant de la rémission de la PR

En utilisant le calculateur du score d’activité de la PR, DAS28-ESR, pour classer les patients dans un groupe de maladie active ou de rémission, l’apport alimentaire en acides gras mono-insaturés s’est avéré un indicateur indépendant de la rémission des patients atteints de PR (rapport des cotes :

0,51 ; IC 95 % = 0,25–1,02, p = 0,057). L’apport en acides gras mono-insaturés et en composants du régime méditerranéen était nettement plus faible dans le groupe PR que dans le groupe témoin (p =0,003).1

Le rapport entre les acides gras mono-insaturés et les acides gras saturés était nettement plus bas chez les patients atteints de PR ayant une maladie très active que chez les patients en rémission et chez ceux ayant une maladie peu active (p = 0,033 ; 0,010 ; 0,047, respectivement). « Les résultats de notre étude de cohorte prospective sur 10 ans TOMORROW nous permettent maintenant d’avoir une idée plus précise de la relation entre l’évolution de la maladie chez les patients atteints de PR et le régime méditerranéen, » déclare l’auteur principal Mr Yoshinari Matsumoto du département de nutrition médicale, Graduate School of Human Life Science, Osaka City University,

Une précédente étude avait montré qu’en soumettant des patients atteints de PR à un régime méditerranéen, on obtenait une diminution de l’activité inflammatoire, une amélioration de l’état physique et du dynamisme.4 Toutefois, c’est la première fois que les principaux éléments du régime méditerranéen responsables de ces effets bénéfiques ont été évalués.

« La confirmation du rôle d’indicateur indépendant de rémission chez les patients atteints de PR de l’apport journalier en acides gras mono-insaturés dans le cadre d’un régime méditerranéen semble démontrer que les acides gras mono-insaturés pourraient supprimer l’évolution de la maladie, »

conclut Mr Matsumoto.

Cette étude a permis de collecter des données de 208 patients atteints de PR et de 205 volontaires en bonne santé d’âge et de sexe correspondants. L’apport journalier en aliments et en nutriments a été évalué par un court questionnaire auto-administré sur le régime alimentaire ; les scores du régime méditerranéen ont été calculés à partir des résultats de référence du groupe témoin. 

Le cholestérol a une influence sur l’activité de l’arthrose

Pour poursuivre l’étude du lien entre le cholestérol et l’arthrose, des souris présentant un déficit en ApoE (modèle pour taux de cholestérol LDL systémique extrêmement élevé) ont reçu une alimentation normale ou une alimentation riche en cholestérol pendant 54 jours ; des souris sauvage ont été utilisées comme témoins. Au bout de 18 jours, une arthrose expérimentale a été provoquée par injection intra-articulaire de collagénase.2

Si aucune différence entre les deux groupes de souris recevant une alimentation normale n’a été observée au premier repère temporel de l’étude (jour 28), au jour 54 (critère d’évaluation de l’arthrose), les souris avec déficit en ApoE ont présenté une forte augmentation de formation d’os ectopique par rapport aux souris témoins, principalement au niveau du ligament collatéral médial (multiplication par 5,4 ; p<0,001)

Aucune différence significative n’a été observée pour les lésions du cartilage entre les deux groupes de souris recevant une alimentation normale. En revanche, une légère augmentation de l’épaississement synovial a été observée chez les souris présentant un déficit en ApoE par rapport aux souris témoins (1,9 contre 1,1 respectivement ; p<0,05), ce qui irait dans le sens d’une activation des cellules du revêtement synovial.

Les souris avec un déficit en ApoE recevant une alimentation normale ont présenté des taux de LDL nettement plus élevés que les souris témoins (8,90 mmol/l et 0,40 mmol/l, respectivement ; p<0,001).

Le cholestérol a un impact sur les pathologies articulaires

Une deuxième analyse s’est intéressée à l’impact d’une alimentation riche en cholestérol sur la pathologie articulaire après induction d’une arthrose. Contrairement aux résultats obtenus avec les deux groupes de souris ayant une alimentation normale, l’alimentation riche en cholestérol a encore plus augmenté les taux de LDL chez les souris avec déficit en ApoE : multiplication par 2,1 par rapport aux souris avec déficit en ApoE recevant une alimentation normale (p<0,001).

L’adjonction d’une alimentation riche en cholestérol aux souris avec déficit en ApoE a donné lieu à des différences histologiques significatives apparentes au jour 28. L’épaississement synovial a été multiplié par quatre (p<0,001) ; de même, la formation d’os ectopique dans le ligament collatéral tibial a fortement augmenté au même jour (multiplication par 2,7 ; p<0,01).

Il est intéressant de noter que l’ajout d’une alimentation riche en cholestérol aux souris avec déficit en

ApoE n’a pas augmenté la formation d’os ectopique au jour 54. Elle a même diminué de 40 % dans le ligament collatéral tibial par rapport aux souris avec déficit en ApoE ayant une alimentation normale.

En revanche, les lésions du cartilage au niveau de la partie médiale du condyle fémoral ont fortement augmenté par rapport aux souris avec déficit en ApoE recevant une alimentation normale (multiplication par 1,6 ; p<0,05).

Selon l’auteur principal de l’étude, le Dr Wouter de Munter du département de rhumatologie expérimentale (centre médical de l’Université Radboud à Nijmegen au Pays-Bas), un lien entre l’arthrose et le syndrome métabolique, terme médical désignant la combinaison de diabète, hypertension artérielle et obésité, a été établi depuis longtemps. «Avec l’augmentation du taux de cholestérol, caractéristique du syndrome métabolique, la recherche n’a cessé de clarifier sa relation avec l’arthrose », explique le Dr de Munter. Dans notre précédente étude sur un modèle animal d’arthrite expérimentale, l’accumulation de LDL chez les souris avec déficit en récepteur LDL a donné lieu à une augmentation de la formation d’os ectopique.5 « Cette nouvelle étude a fourni de nombreuses preuves démontrant le rôle important du cholestérol dans l’évolution de l’arthrose, » conclut le Dr de Munter.

 

 Sources

1 Matsumoto Y, Sugioka Y, Tada M, et al. Intake of monounsaturated fatty acids as components of a Mediterranean diet suppresses Rheumatoid Arthritis disease activity – the TOMORROW study.EULAR 2014; Paris, Abstract OP0010-HPR

2 De Munter W, van den Bosch MH, Slöetjes AW, et al. LDL cholesterol-accumulation during experimental OA leads to increased synovial thickening and ectopic bone formation, while excessive cholesterol levels shift the balance towards cartilage destruction. EULAR 2014; Paris, Abstract OP0129

3 Koch C. Nutrition & Rheumatoid Arthritis. Johns Hopkins Arthritis Center http://www.hopkinsarthritis.org/patient-corner/disease-management/rheumatoid-arthrtis-nutrition/

[Consulté le 03/06/2014]

4 Sköldstam L, Hagfors L, Johansson G. An experimental study of a Mediterranean diet intervention forpatients with rheumatoid arthritis. Ann Rheum Dis. 2003; 62 (3): 208-14

5 de Munter W, Blom AB, Helsen MM, et al. Cholesterol accumulation caused by low density lipoprotein receptor deficiency or a cholesterol-rich diet results in ectopic bone formation during experimental osteoarthritis. Arthritis Research & Therapy 2013; 15: R178