L’Accident Vasculaire Cérébral : une maladie de jeunes ?

La question peut sembler incongrue, tant est ancrée l’idée que l’AVC est synonyme de vieillesse. Il n’en est rien et le Réseau Environnement Santé, à l’occasion de la journée mondiale de l’AVC, fidèle à son objectif de promouvoir la santé environnementale, organise cette conférence de presse avec ses partenaires pour alerter sur la situation alsacienne.

laccident-vasculaire-cerebral-une-maladie-de-jeunes-santecoolLa question peut sembler incongrue, tant est ancrée l’idée que l’AVC est synonyme de vieillesse. Il n’en est rien et le Réseau Environnement Santé, à l’occasion de la journée mondiale de l’AVC, fidèle à son objectif de promouvoir la santé environnementale, organise cette conférence de presse avec ses partenaires pour alerter sur la situation alsacienne.

 

Les statistiques d’Affections de Longue Durée (ALD), montre que l’Alsace avait, en 2014, le taux d’incidence (Nombre de cas/100 000 personnes) pour l’ALD 1 le plus élevé de métropole et que ce taux avait été multiplié par 4, entre 1997 et 2014. Chez les moins de 45 ans, le nombre de nouveaux cas a été multiplié par 3. Dans les 2 cas, l’évolution est très contrastée entre Haut-Rhin et Bas-Rhin. [1]

Ce phénomène de progression et de « rajeunissement » de l’AVC est observé au niveau français mais aussi mondial. [2] La question est posée de savoir s’il s’agit d’un phénomène, de type nouveau, notamment du point de vue des causes environnementales principalement : pollution atmosphérique, hypertension, obésité, alimentation, sédentarité, tabagisme… mais aussi des facteurs qui contribuent indirectement comme les perturbateurs endocriniens, agissant comme perturbateurs métaboliques. La question d’un possible effet transgénérationnel (effet DOHaD) se pose.

C’est un enjeu humain, mais aussi économique : « Entre 30 et 50 % des patients jeunes victimes d’AVC ne peuvent reprendre leur activité professionnelle et près de 10 % restent dépendants pour au moins une activité de la vie quotidienne ».[3] Quel va être le devenir de cette génération ? Comment arrêter cette croissance ?

En mettant ces données dans le débat public, notre objectif est d’attirer l’attention sur la nécessité d’avoir une politique plus ambitieuse de santé environnementale, pour s’attaquer aux causes des maladies chroniques. L’Organisation Mondiale de la Santé a qualifié cette croissance de « défi mondial d’ampleur épidémique », ce qui va faire de nouveau l’objet de l’Assemblée Générale de l’ONU à New York en septembre 2018.

Nous souhaitons que ce débat soit ouvert dans la société pour faire de l’année 2018 l’année de la santé environnementale.  

 

[1] « Eco-Santé », http://www.ecosante.fr/index2.php?base=DEPA&langh=FRA&langs=FRA

[2] Organisation Mondiale de la Santé, « Thèmes de santé Accident vasculaire cérébral (AVC) », s. d., http://www.who.int/topics/cerebrovascular_accident/fr/.

[3] Camille Lecoffre et al., « BEH 5 Article : L’accident vasculaire cérébral en France : Patients hospitalisés pour AVC en 2014 et évolutions 2008-2014 », Février 2017.

André Cicolella, Président du RES 

Share Button

This entry was posted in Santé and tagged .

Un commentaire sur “L’Accident Vasculaire Cérébral : une maladie de jeunes ?

  1. Pingback: L’Accident Vasculaire Cérébral : une maladie de jeunes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *