Les résultats du programme Vein Consult, une grande enquête sur la maladie veineuse en France, viennent d’être publiés : 2 personnes sur 3 qui consultent leur médecin généraliste souffrent de maladie veineuse. Ceux-ci consultent en moyenne pour la 1ère fois à 47 ans alors que les troubles sont déjà installés. Sur l’ensemble de la population française, 22 millions de personnes sont touchées. Pourtant, cette maladie n’est pas une fatalité si elle est prise en charge au bon moment.

maladie veineuse

Qu’est-ce qu’une maladie veineuse ?

La maladie veineuse est une maladie chronique, silencieuse et évolutive.

Quels sont les symptômes ?

Elle peut débuter par :

– des gonflements au niveau des pieds et des chevilles,

– une sensation de jambes lourdes,

– des fourmillements,

– des crampes nocturnes,

Et deviendra visible suite à l’apparition de varices plus ou moins prononcées.

Si elle n’est pas prise en charge de manière adéquate, la maladie veineuse risque d’évoluer au fil des années et engendrer des complications :

–          ulcères,

–          œdèmes,

–          phlébites.

A quoi est-elle due ?

Il existe de nombreux facteurs de risque qui favorisent l’apparition et l’évolution de la maladie :

  hérédité,

  sédentarité,

  surpoids,

  grossesse.

Il faut également noter que certaines professions sont beaucoup plus exposées que d’autres. C’est notamment le cas des personnes contraintes à travailler /

  debout,

  dans la chaleur

  ou assises pendant de longues heures.

Martine est puéricultrice et est un exemple probant de la fragilité veineuse due à son travail. Elle explique : « J’adore mon métier, tous les jours je m’occupe de petits bouts de chou entre 2 mois et 3 ans. Mais entre le petit qui pleure et qu’il faut prendre dans ses bras pour le consoler ou celle qui doit être changée, il y en a toujours un dans nos bras. Et c’est souvent des petits de plus de 10kg. A la fin de la journée, outre mon dos,  mes jambes me font souffrir. J’ai des douleurs diffuses qui irradient jusqu’au genou. Je pense que si je ne trouve rien pour mettre fin à ces douleurs, il va falloir que je change de métier. »

Est-ce grave ?

2 patients sur 3 souffrent depuis 7 ans en moyenne d’insuffisance veineuse. Parmi eux, 76 % souffrent de jambes lourdes, 62 % ressentent des douleurs aux jambes, 59 % des sensations de gonflements et 41 % des crampes nocturnes*.

La maladie veineuse est donc potentiellement grave : l’étude Vein Consult montre que 15% des personnes présentent déjà des stades avancés de maladie veineuse (atteintes cutanées, ulcères…).

Les conséquences peuvent être douloureuses, invalidantes et à l’origine de complications graves (phlébites, embolies pulmonaires…), alors que des solutions existent.

La maladie veineuse, un tabou ?

Les conséquences psychologiques sont également à prendre en compte : la maladie veineuse peut dégrader l’image que les personnes ont de leur corps, voire même provoquer ou aggraver des syndromes dépressifs et des troubles du sommeil.

Malgré les conséquences de la maladie et la dégradation de la qualité de vie, seulement 1 personne sur 2 souffrant des premiers signes de la maladie veineuse consulte son médecin pour lui en parler.

Les signes avant-coureurs de la maladie veineuse ne sont pas assez pris en compte, si bien que les personnes concernées ne consultent pas tout de suite, attitude renforcée par l’idée reçue selon laquelle la maladie veineuse ne concerne que les plus de 50 ans. Ainsi, l’âge moyen de la première consultation est de 47 ans et lorsque la maladie est déjà bien installée*.

La conclusion de l’enquête est que la maladie veineuse souffre d’un manque de considération de la population générale qui la sous-estime, permettant ainsi à la maladie de s’installer insidieusement. L’enquête Vein Consult nous révèle également qu’ « il est à craindre que la situation ne s’aggrave dans les années qui viennent ».

Peut-on la soigner ?

Qu’il y ait des douleurs ou des signes tels que des varices ou des gonflements, des solutions existent :

  médicaments veinotoniques,

  bas de contention,

  sclérothérapie,

  chirurgie,

  thermalisme

  etc.

La prise en charge globale de la maladie veineuse va permettre à la fois de soulager les douleurs et d’éliminer les signes disgracieux tels que les varices. De plus, une prise en charge précoce va permettre d’éviter une aggravation de la maladie veineuse.

Au quotidien, des gestes simples permettent également de préserver son capital veineux :

  éviter de rester trop longtemps debout,

  éviter l’exposition des jambes au soleil ou à des sources de chaleur,

  pratiquer régulièrement une activité physique,

  éviter les prises de poids excessives,

  ne pas porter des chaussures avec des talons trop hauts.

  Il est également recommandé de dormir les jambes légèrement surélevés.

 

*réalisée chez 33 497 patients par des médecins généralistes.