A l’approche de la 20ème édition de la journée mondiale de l’Alzheimer (le 21 septembre), le professeur Francis Eustache, neuropsychologue* nous en dit plus sur cette maladie et où en est la recherche.

alzheimer

En France, plus de 850 000 personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer avec environ 250 000 nouveaux cas diagnostiqués par an. 

ETAT DES LIEUX SUR LA CONNAISSANCE ET LE TRAITEMENT DE LA MALADIE

« Ce qui a marqué ces dernières années, ce sont les progrès dans la connaissance du  processus physiopathologique. On connaît mieux les origines de la maladie, son processus de développement et les étapes qui le constituent, l’histoire naturelle de la maladie. Concernant le traitement, il existe des médicaments symptomatiques, qui vont permettre de faire reculer un peu l’avancée de la maladie. Aussi, Il y a eu de grands progrès dans la prise en charge non médicamenteuse des malades et des familles pour les soutenir. »

LES FACTEURS DE RISQUE, IMPORTANTS DANS LA PRÉVENTION DE LA MALADIE

« On arrive maintenant à identifier des facteurs qui vont favoriser ou non l’apparition de la maladie et il est très important de le communiquer au grand public. Il y a les facteurs classiques d’hygiène de vie, tous les facteurs de risques vasculaires, soit la qualité de la nutrition, la pratique d’une activité physique régulière. Aussi les activités cognitives ont leur importance, notamment les activités intellectuelles tournées vers les autres. Maintenir et enrichir ses capacités sociales c’est certainement la meilleure stimulation du cerveau. »

DE NOUVELLES ÉTUDES PROMETTEUSES POUR LA RECHERCHE THÉRAPEUTIQUE

« Ce qui est préoccupant aujourd’hui c’est l’absence de traitement thérapeutique, avec les médicaments actuels, on sait corriger les symptômes à un moment donné et reculer le processus, mais on est encore incapables d’inverser le cours de la maladie.

Dans des formes particulières de maladies on peut identifier des sujets très tôt, ce qui permet de développer de nouvelles études thérapeutiques et de nouveaux médicaments qui seront testés dès le début de la maladie, parfois avant que les premiers symptômes ne se manifestent. C’est ainsi que l’on pourra avancer sur le plan thérapeutique. »

* Francis Eustache, neuropsychologue et Président du Conseil scientitifique de l’observatoire B2V DES MEMOIRES

 

A lire :

Lancement du site www.conseilsauxaidants.org : la première plateforme numérique d’information et de conseils pratiques en vidéo à destination des aidants des personnes Alzheimer

 

COMMENT AGIR FACE À UN MALADE ALZHEIMER AGRESSIF ?

 

L’obésité facteur de risque de la maladie d’Alzheimer ?