Une prothèse rétinienne permet à des personnes aveugles de reconnaître des lettres et de lire des mots

prothèse-rétinienne-santecool

Bonne nouvelle pour les personnes souffrant de rétinite pigmentaire (RP) à un stade avancé : une nouvelle étude démontre qu’ils peuvent reconnaître des lettres et lire des mots à l’aide d’un implant rétinien. Il s’agit d’un progrès remarquable dans l’évolution de la vision artificielle.

La rétinite pigmentaire (RP) est caractérisée par la dégénérescence progressive des cellules de la rétine sensibles à la lumière mais le nerf optique est, lui, toujours intact. La vision des patients souffrant de RP se détériore jusqu’à aboutir souvent à la cécité. Il n’existait jusqu’à maintenant aucun traitement. De 16 000 à 22 000 personnes environ sont touchées en France et presque 200’000 en Europe.

Une récente étude démontre que des patients peuvent recouvrer une certaine fonction visuelle avec une rétine artificielle et sont capables de reconnaître des lettres et de lire des mots. Les chercheurs ont utilisé l’œil bionique de la société Second Sight : il s’agit d’une prothèse rétinienne implantée dans l’œil qui reçoit des signaux d’une petite caméra montée sur des lunettes.

Les trois-quart des patients environ a pu reconnaître des lettres

L’étude a été menée dans dix centres répartis dans le monde. Trente patients ayant perdu toute vision résiduelle ont été implantés avec la prothèse Argus II. Lors des tests, ils devaient tenter de reconnaître des lettres et de lire des mots. Les résultats sont encourageants : 72.3% d’entre eux ont été capables de reconnaître correctement des lettres, parfois même alors qu’elles ne mesuraient que 0.9cm. Certains patients ont également lu des mots de deux, trois et quatre lettres. « Le fait de voir la plupart de nos patients être capable de reconnaître de grandes lettres et de localiser des objets ou d’autres choses, est véritablement encourageant et va au-delà de ce que nous espérions au début » a déclaré l’auteur principal de l’étude, le Docteur Lyndon Da Cruz, chirurgien rétinien consultant à l’hôpital ophtalmique Moorfields, à Londres.

des tests de lecture avec trois participants de Paris, Londres et Manchester.

« Ces résultats sont très excitants et viennent s’additionner aux données toujours plus nombreuses démontrant le bénéfice de l’Argus II », s’est réjoui le Docteur Robert Greenberg, M. D. et Ph. D., président et CEO de la société Second Sight Medical Products. « Pour moi, c’est si gratifiant que ces prothèses durent longtemps, tout autant que le bénéfice qu’elles procurent. Il y a maintenant des patients qui portent le système Argus II depuis presque six ans et même depuis plus de huit ans en ce qui concerne la première génération de prothèse, l’Argus I. »

« La publication de la British Journal of Ophthalmology souligne les résultats qui démontrent le formidable potentiel de l’Argus II dans la restauration d’une vision utile chez des patients qui, sans cela, seraient restés totalement aveugles en raison d’une RP. » a précisé le Professeur José Alain Sahel, chef du service d’ophtalmologie du Centre Hospitalier National d’Ophtalmologie des Quinze-Vingt à Paris et directeur de l’Institut de la Vision à Paris. « Nous étions extrêmement contents de voir nos patients lire des lettres et de petits mots. Il s’agit d’une étape importante dans la démonstration des bénéfices procurés par cette prothèse et nous nous réjouissons de proposer cette technologie à plus de patients en France. »

Points forts
• L’Argus II est la première et unique prothèse rétinienne homologuée au monde
• L’Argus II a été agréé en Europe en février 2011 et aux Etats-Unis en février 2013
• Certains patients utilisent aujourd’hui leur prothèse Argus II depuis presque six ans
• Le résultat dans la reconnaissance de lettres chez 21 patients se monte à 72.3% avec le système en marche
• La lecture de mots s’est révélée exacte à 75% pour des mots composés de deux lettres et à 58% pour des mots de quatre lettres.

Share Button