La reprise des écoles annoncée pour le 11 mai suscite beaucoup d’angoisses et de réticences de la part des parents. En effet, selon certains sondages les deux tiers des parents ne souhaiteraient pas envoyer leurs enfants à l’école de crainte d’une contamination par le Covid19. Mais qu’en pense le Collège de Médecine des Hôpitaux de Paris? Réponses.

Réouverture des écoles, avis rassurant du Collège de Médecine des Hôpitaux de Paris. En effet, Le Collège de Médecine des Hôpitaux de Paris (CMHP) regroupant de nombreux praticiens hospitaliers de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris, de toutes les spécialités, parmi lesquels des Professeurs d’Université ainsi que des Professeurs Associés au Collège de Médecine, a souhaité apporter quelques éclaircissements dans le but de rassurer les parents en leur donnant des informations médicales et scientifiques établies hier.

Les enfants seraient très peu contagieux

Il a été récemment établi d’après de nombreuses études et observations médicales internationales que les enfants ne sont quasiment pas vecteurs ni sources de contagion du virus comme cela a été supposé ou présenté au tout début de l’épidémie par analogie aux épidémies virales respiratoires notamment la grippe. En effet, ils sont beaucoup moins atteints que les adultes (1 % seulement) et les formes graves sont exceptionnelles. Ils ont souvent des formes asymptomatiques (sans signes cliniques) ou bénignes. D’ailleurs dans la plupart des cas les enfants atteints ont été infectés par les adultes (et non l’inverse). Étant donné qu’ils ont une virémie basse (c’est-à-dire une plus faible quantité de virus circulant que chez l’adulte), ils sont très peu contagieux.

Confinement : attention à la désocialisation et aux violences faites aux enfants

Par ailleurs, pour la plupart des pédiatres et psychiatres, le confinement prolongé est considéré comme délétère sur le plan psychique pour l’enfant, car source d’angoisse et de désocialisation… De surcroît, on observe une augmentation du taux de violence que subissent certains enfants, tout comme les violences portées aux femmes, pendant cette période particulière du confinement. Dans des milieux défavorisés, le confinement risque de creuser les inégalités en faisant perdre à de nombreux enfants leurs acquis voire leur année scolaire, et pour certains également leur équilibre alimentaire dans la mesure où la cantine constitue leur seul repas équilibré de la journée.

Retour à l’école avec mesures barrières à la clé

Il apparaît donc raisonnable que les enfants reprennent le chemin de l’école, sachant que les données statistiques confirment la bénignité de l’infection chez l’enfant. Il est évident que ce retour doit être effectué progressivement, dans le strict respect des règles d’hygiène et des mesures barrières, préconisées par le Conseil Scientifique et l’Académie Nationale de Médecine, notamment la distanciation physique, le lavage régulier des mains, l’utilisation de gel hydroalcoolique et le port de masques chez les plus grands…
D. Nizar AFLAK