Le Premier ministre  a accordé, mardi 28 décembre, une prime mensuelle pour les infirmières en réanimation dès janvier 2022. Mais le Conseil National Professionnel de médecine intensive réanimation (CNP-MIR) estime que cela n’est pas suffisant. Explications.

Le Conseil National Professionnel de médecine intensive réanimation (CNP MIR) salue l’annonce faite hier matin par le Premier ministre d’une prime allouée aux infirmières et infirmiers de réanimation dès janvier 2022.

Cette revalorisation salariale, dont les contours restent à déterminer, est un premier signal positif envoyé à la profession actuellement mobilisée par la 5ème vague de la crise COVID-19. La crise sanitaire a rappelé leur rôle inestimable au chevet des patients et les conditions particulièrement difficiles dans lesquelles ils exercent. Il s’agit d’une prise de conscience du rôle central des ressources humaines pour un bon fonctionnement des services de réanimation.

Le CNP MIR espère donc que l’attribution de cette prime n’est qu’une première étape dans la reconnaissance du métier spécifique des infirmières et infirmiers de réanimation -et plus largement de l’ensemble des personnels paramédicaux- dont le savoir-faire, à la fois technique et humain est essentiel.

Le CNP MIR prend par ailleurs acte d’annonces à venir très prochainement de la part du ministre de la Santé concernant les services de réanimation à la suite des travaux de l’Inspection générale interministérielle du secteur social (IGAS) auxquels l’ensemble de la profession a contribué.