Fort de son militantisme, Julien Wosnitza nous met en garde contre la destruction de notre planète dans un manifeste générationnel. Pourquoi tout va s’effondrer ? un ouvrage indispensable !

Pourquoi tout va s’effondrer ?* De nombreuses études scientifiques prophétisent les pires scénarios écologiques pour l’année 2100. Actuellement, nous ne nous posons pas trop de questions, anesthésiés par le confort moderne de nos routines et par l’illusion d’une fin du monde lointaine. Or, la mécanique de la destruction de notre planète est déjà en marche.

À peine 24 ans et fort de son militantisme, Julien Wosnitza nous met en garde. En décrivant nos actions présentes, ce jeune militant fait le deuil d’une vieillesse qui ne viendra jamais, que nous ne verrons sûrement pas, vu l’ampleur de notre cécité : fonte des glaciers, mort des océans, extraction de ressources à outrance, accroissement des inégalités sociales, immuabilité politique et sociétale…

Wosnitza nous invite à préparer ensemble l’avènement d’une vraie transition écologique, dépouillée de ses aspects « éco-business », qui ne créé pas de nouvelles dépendances énergétiques vis-à-vis de notre Terre, avec plus de compassion, d’entraide et de nouvelles manières de vivre ensemble. Ce changement devrait aller de pair avec la recherche de notre Ikigai, une raison de se lever chaque matin, une joie de vivre quotidienne pratiquée au Japon.

En fin de compte, le pessimisme de Wosnitza a le mérite de nous donner des clés pour nous sauver, un peu de lumière dans ce grand chantier esquinté qu’est le monde.

Extrait de Pourquoi tout va s’effondrer ?

Les scientifiques de tout bord s’accordent à dire que nous arrivons bientôt à la sixième extinction de masse, avec un rythme d’extinction d’espèces semblable à celui de la cinquième — qui a vu la disparition des dinosaures —, voire plus rapide.
La dernière étude menée à grande échelle fait état d’un « anéantissement biologique », concluant que les espèces de vertébrés reculent massivement, à la fois en nombre d’individus et en étendue géographique.
Sur les 27 600 espèces de vertébrés étudiées, les scientifiques indiquent que plus de la moitié des animaux ont disparu en quarante ans. Le taux de disparition d’espèces est 1 000 fois supérieur à la normale.
Les personnes les mieux placées pour s’en rendre compte sont sans doute les plongeurs. Un ami plongeur professionnel à Cabo San Lucas, au Mexique, m’a expliqué que, il y a vingt ans, il nageait quotidiennement au milieu de bancs entiers de requins ; aujourd’hui, il s’estime chanceux quand il en aperçoit un spécimen par semaine.
Sur un autre plan, qui ne se souvient pas d’avoir, dans sa jeunesse, vu des abeilles sauvages dans les prairies ?
Les causes du recul de ces populations sont connues. Elles tiennent, en premier lieu, à la perte et à la dégradation des habitats des différentes espèces sous l’effet de l’agriculture intensive et industrielle, de l’exploitation forestière, de l’urbanisation ou encore de l’extraction minière. Viennent ensuite la surexploitation (chasse, pêche, braconnage), la pollution, les espèces invasives, les maladies et, plus récemment, le changement climatique.

Pourquoi tout va s’effondrer ? pages 23-25.

 

Pourquoi tout va s’effondrer ?, Julien Wosnitza –  Éditions Les Liens qui Libèrent
Parution le 16 mai