À l’occasion de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer le 21 septembre, le Mouvement E.Leclerc lance la 5ème édition de l’opération “Une Orchidée pour la Mémoire“, du 07 au 25 septembre 2021. Cette année encore les magasins de l’enseigne se mobilisent, et pour toute orchidée achetée en magasin, 4 euros seront reversés à la Fondation Recherche Alzheimer.

Comment participer à l’opération une Orchidée pour la Mémoire“ ?

Après une année où la générosité des clients a été une fois de plus remarquable, et ce malgré la crise, E.Leclerc poursuit son combat en faveur de la Recherche sur Alzheimer et renouvelle l’opération “Une Orchidée pour la Mémoire“, parrainée par Nolwenn Leroy.

Du 07 au 25 septembre 2021, les clients des centres E.Leclerc pourront acheter des orchidées « 2 tiges » au prix de 8,95 €. Pour l’achat d’une orchidée, 4€ seront reversés à la Fondation Recherche Alzheimer.

Un combat contre Alzheimer démarré en 2013, qui se poursuit en 2021

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui affecte progressivement les fonctions cognitives telles que la mémoire, le langage ou encore le raisonnement. Depuis 2013, les magasins de Bretagne et d’une partie du Grand Ouest soutiennent l’action de la Fondation Recherche Alzheimer. En 2017, l’opération prend une dimension nationale. Dès lors, tous les magasins E.Leclerc de France se sont mobilisés en proposant à leurs clients d’acheter une orchidée pour la mémoire. L’année suivante, l’enseigne complète son action en conciliant protection de l’environnement et soutien à la recherche sur la maladie d’Alzheimer avec les “Prospectus utiles”.

Aider la recherche grâce aux dons 

Les dons collectés dans les centres E.Leclerc permettent de financer la recherche et plus particulièrement le projet Phoenix mené à la Pitié-Salpêtrière. Ce projet vise à améliorer la détection précoce de la maladie pour mieux soigner les patients et comprendre les mécanismes et facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer.

Aujourd’hui, nous disposons d’un diagnostic de la maladie fiable mais tardif. Les traitements actuels atténuent les symptômes mais ne modifient pas la progression de la maladie, qui touche 900 000 personnes en France et compte 225 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année.