Sur proposition d’Anne Hidalgo et de son adjoint Jean-François Martins, le Conseil de Paris a adopté aujourd’hui son Plan « Paris + Sportive ».

Paris + Sportive telle est la nouvelle action d’Anne Hidalgo. Le sport, à l’instar d’autres politiques publiques (Plan Climat, Pacte parisien de lutte contre l’exclusion, Schéma Senior à Paris …), façonne la vie des Parisiennes et Parisiens et a un rôle crucial à la fois éducatif, sanitaire et social.

Paris s’est doté pour la 1 ère fois d’un plan « Paris + sportive », entièrement dédié au sport de proximité, avec pour objectifs de répondre aux 3 grands défis qui se posent au sport à Paris.

er défi : + d’espaces sportifs dans une ville dense

Alors que le sport demande de l’espace, et idéalement de la verdure, Paris doit trouver des réponses modernes pour produire des m² et de l’offre sportive supplémentaire. Ainsi, la Ville a engagé un investissement de 380M€ en 6 ans afin de créer et rénover ses équipements sportifs : 15 nouveaux gymnases, 3 nouvelles piscines et 12 nouvelles salles dédiées à des disciplines (dojo, salle d’armes, boxe, gym douce) mieux adaptées au foncier rare.
Pour gagner près de 850 heures de sport par semaine, la Ville a aussi couvert 20 terrains de sport et renouvelé/créé 19 revêtements synthétiques pour réduire les aléas météo. Des coopérations avec les écoles pour occuper les équipements sportifs le soir et Week-End, avec les communes limitrophes, avec les bailleurs pour reconvertir des parkings inutilisés et en s’appuyant sur des partenaires privés ont permis de gagner plusieurs milliers de m² sportifs pour les parisiens. Dès mars, sur le site Jules Ladoumègue (19e), une concession privée sera transformée en offre publique avec un dojo, une salle de boxe, une salle de danse axée « hip hop » et du squash. Sur le site de Bercy Bastille (12e), l’ancien espace de fitness sera également transformé en salle de boxe.
L’espace public devient également un terrain de sport à part entière. D’ici 2020, le 1 er parcours sportif en ville sera totalement finalisé : le parcours Nation-Stalingrad. Fruit du budget participatif, il s’agira d’une promenade de santé de 4,4 km agrémentée d’agrès sportifs, de signalétique au sol et d’une végétalisation renforcée. À partir du printemps 2019, les nouvelles places récemment rénovées et les parcs de la Ville accueilleront tous les weekends des cours collectifs gratuits et mixtes pour tous les Parisiens : cours de zumba, fitness ou encore gymnastique seront au programme.

2e défi : faire du club la pierre angulaire du sport parisien

Les 3168 clubs parisiens sont des acteurs incontournables de la vie de la Ville et de ses quartiers. La Ville a réaffirmé ce matin la place du club comme lieu central de la pratique sportive à Paris. Le modèle associatif, amateur et fédéral de la pratique sportive est en effet le seul à faire du sport un vecteur d’engagement citoyen, d’éducation populaire, qui garantisse son universalité autant que son intégrité.
Pour soutenir le modèle associatif et la vie sociale des clubs, la Ville a maintenu son soutien à 424 associations à hauteur de 4,3 M€ et simplifié leur vie avec des créneaux de 2 ans et un regroupement des activités sur un même site. 17 clubs house seront créés en 2019 pour leur offrir des lieux de vie. Un plan de formations gratuites sera mis en œuvre en 2019 pour bénévoles et dirigeants et un accompagnement spécifique leur permettra d’accueillir des services civiques.

3e défi : du sport pour toutes et tous 

Le 3ème enjeu est celui de mettre tout en œuvre pour qu’un maximum de Parisiennes et de Parisiens pratique une activité physique. La Ville de Paris a déterminé 4 publics prioritaires, éloignés de la pratique sportive :
Les familles : en 2018, la Ville a fait le choix de renforcer son offre sportive pour les familles en créant 2 dispositifs. Le premier, «Paris Sport Vacances », a permis à 8000 jeunes de pratiquer l’un des 900 stages proposés par la Ville pendant les vacances scolaires. Soucieux d’offrir un service public juste et ouvert à tous, ces stages sont gratuits ou payants selon le quotient familial. 
Le deuxième dispositif « Paris Sport Famille » offre aux parents et à leurs enfants des activités sportives gratuites et ludiques le week-end dans tous les arrondissements. Lancé à la rentrée 2018, il compte déjà 3600 parents et enfants pratiquants.
Les seniors: le rôle du sport dans la prévention des maladies est désormais largement admis. Pour les seniors retraités, le sport est aussi un facteur essentiel de socialisation et de lutte contre l’isolement. Ainsi, la Ville de Paris renforcera son dispositif « Paris Sport Sénior », de 3000 pratiquants en semaine actuellement à 5500 à la rentrée 2019.
Les actifs: le plus gros décrochage de la pratique sportive s’effectue au cœur de la vie active (parentalité, contraintes familiales, sociales ou professionnelles), c’est pourtant l’une des périodes clés pour préserver son capital santé. La Ville de Paris a donc décidé de faire de la pratique du sport pour les actifs une priorité. En 2019, la Ville lancera « Pause dej sportive » afin de permettre aux clubs, mais aussi aux entreprises, de proposer des cours de sport collectifs sur les créneaux 12h-14h dans 30 gymnases municipaux.
Les femmes : le sport est un domaine où les inégalités de genres persistent encore. La Ville a donc décidé de mener une politique volontariste de promotion du sport féminin en développant les sections féminines dans les clubs, en assurant plus de mixité dans les disciplines et en menant des projets plus spécifiques pour les femmes. Parmi les dispositifs engagés en 2018, « Foot’Elles » permet à 1000 filles âgées de 8 à 11 ans de pratiquer le football gratuitement tous les mercredis. 4 nouveaux terrains de foot seront également créés en septembre en héritage de la Coupe du monde de football féminin.