Vous êtes étudiant et vous vous demandez si vous devez ou non opter pour une mutuelle santé ? Parcourez cet article afin de prendre la bonne décision.

 

Mutuelle pour les étudiants : pourquoi c’est si important ?

Tous les étudiants ont pour obligation d’avoir une sécurité sociale, mais la donne est différente avec la mutuelle santé. Il en est tout autrement en effet, puisqu’elle est entièrement facultative. Mais qui dit facultatif ne dit pas forcément inutile, et bien au contraire, se doter d’une couverture complémentaire efficace est des plus judicieux ! Pourquoi est-ce si important, et quelles sont les spécificités des formules étudiantes ? Les réponses au fil de cet article.

La sécurité sociale rembourse-t-elle complètement les frais ?

Seule une partie des dépenses liées à vos soins est remboursée par la sécurité sociale. Tous les médicaments, consultations et interventions médicales sont remboursés selon une base de remboursement définie. Cette base s’exprime en taux, donc en pourcentage des dépenses réalisées. La plupart du temps, ce sont 70% des dépenses liées aux soins et à tous les frais de base qui sont remboursés.

Vous-même devez donc payer au moins 30% des frais par vos propres moyens. Ce pourcentage porte le nom de ticket modérateur.

Notez toutefois que pour un certain nombre de soins, la base de remboursement est très peu élevée en comparaison des tarifs réels pratiqués par les praticiens, associés aux médicaments ou aux interventions. Et si vous ne disposez d’aucune couverture telle que MAAF mutuelle santé, vous vous exposez à des dépenses onéreuses qui peuvent parfois être difficilement assumées par le budget des étudiants. Concrètement, vous aurez à votre charge à la fois les dépassements d’honoraires et les tickets modérateurs.

Même si jeunesse rime bien souvent avec bonne santé, mais les accidents sont toujours imprévisibles. Il est donc essentiel d’opter pour des garanties basiques, notamment dans le cas où vous devriez être hospitalisé. On ne sait jamais ce que la vie nous réserve ! Et même s’il y a fort à parier pour que tout se passe bien au cours de votre scolarité supérieure, mieux vaut être paré à toute éventualité.

Tous les risques sont-ils couverts sans mutuelle étudiant ?

Vous l’aurez compris, certains risques imposent de disposer d’une mutuelle complémentaire. La plupart des frais associés à des séjours en hôpitaux ne sont pas convenablement pris en charge par la sécurité sociale. L’absence d’une bonne couverture complémentaire est donc loin d’être à votre avantage dans ce cas, et votre budget pourrait ne pas suivre.

Dans le cas d’une opération induisant un séjour de plusieurs jours, vous seriez amené à payer 20% des frais de séjour, le forfait journalier, les dépassements d’honoraires de l’anesthésiste et du chirurgien vous ayant opéré, le prix de la chambre, ainsi qu’une partie des dépenses engagées avant et après l’opération (préparation, rééducation…).

Il suffit donc que vous soyez un étudiant sportif pour, à l’issue d’un mauvais geste pendant votre pratique sportive, vous vous retrouviez redevable de montants considérables ! Les seuls frais d’hospitalisation suffisent à rendre indispensable votre mutuelle d’étudiant.

Au-delà des accidents conduisant à l’hospitalisation, des cas particuliers peuvent vous conduire à souscrire une couverture complémentaire. C’est le cas, par exemple, si votre condition personnelle vous amène à avoir régulièrement des dépenses : frais dentaires, d’opticien, appareil auditif… C’est également le cas si vos médecins habituels vous facturent des dépassements d’honoraire, ou encore si vous êtes un adepte des techniques de médecine douce.

Quelles garanties choisir pour votre couverture complémentaire ?

Voici les quatre types de soins médicaux couverts par une mutuelle étudiant :

  • Médecine de ville : cette garantie concerne les consultations médicales avec vos médecins et auxiliaires médicaux. D’autres dépenses sont concernées, telles que les radios, les analyses et la pharmacie. Une complémentaire basique est la plupart du temps suffisante pour couvrir l’ensemble de ces dépenses. Pour être bien couvert, vous devrez néanmoins passer par le parcours de soins coordonnés, c’est-à-dire consulter en premier lieu votre médecin traitant déclaré.
  • Hospitalisation : il s’agit de la couverture concernant toutes vos dépenses relatives à un séjour en hôpital. Sans doute la couverture la plus importante, puisque si vous n’êtes pas couvert vous risquez de dépenser les plus grandes sommes d’argent pour vos soins. N’hésitez pas à opter pour un taux de remboursement de 200%, vous compenserez ainsi le bas niveau de prise en charge de la sécurité sociale.
  • Dentaire et optique : pour les consultations et soins dentaires courants tels que le détartrage, ainsi que pour tous les soins relatifs à votre vue. Notez que la sécurité sociale ne rembourse que très peu ces derniers.