Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), a estimé ce vendredi « possible » que la « deuxième vague » du Covid-19 en France « soit pire que la première », soulignant que la situation était « redoutable pour chacun d’entre nous ».

Le directeur général de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a estimé vendredi « possible » que la « deuxième vague » du Covid-19 en France « soit pire que la première », soulignant que la situation était « redoutable pour chacun d’entre nous ».

« Il y a eu la perception depuis quelques mois que soit la 2e vague n’existait pas, soit que c’était une vaguelette. La situation est l’inverse: il est possible que la deuxième vague soit pire que la première« , a estimé sur RTL le patron du plus grand centre hospitalier et universitaire en Europe.

« Pour l’instant, nous ne sommes que dans un mouvement ascendant dans de nombreuses régions », ce « qui qui rend effectivement les choses redoutables« , a-t-il précisé.

« Novembre redoutable »

Interrogé sur les personnes contaminées par le coronavirus et admises en réanimation dans les hôpitaux de l’AP-HP, Martin Hirsch a indiqué que leur âge médian était de 62 ans.

« On a comme malades un certain nombre de jeunes qui ont des facteurs de risque, le père contaminé par son enfant, le père de ce père qui a reçu peu de visites, s’est isolé, faisait attention mais quand même son fils d’une cinquantaine d’années est venu le voir…« , a expliqué Martin Hisch.

Le directeur de l’AP-HP a confirmé que des congés avaient été déprogrammés pour nombre de personnels de ses hôpitaux, à l’approche de la Toussaint. « Mais pour d’autres, on a préféré qu’ils prennent des vacances maintenant, avant ce mois de novembre redoutable« , a-t-il indiqué.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi que le couvre-feu serait étendu samedi à 38 nouveaux départements et à la Polynésie pour faire face à une circulation du virus « extrêmement élevée », avec 41.000 cas enregistrés en 24 heures, un niveau jamais vu.

 

La rédaction vous conseille :

Martin Hirsch ne supporte plus les complotistes … Surtout Didier Raoult !

Coronavirus : pour Patrick Pelloux, « on paralyse le pays » parce qu’il « manque de la place dans les hôpitaux »

 

Le gouvernement va étendre le couvre-feu à plus d’une vingtaine de départements