La France et ses citoyens mobilisés de longue date contre les OGM auront aussi leur manifestation citoyenne avec l’organisation d’un rassemblement esplanade du Trocadéro le samedi 25 mai à partir de 14h. Déjà près de 3000 personnes qui se sont déclarées présentes en s’inscrivant sur la pages Facebook de l’événement!

monsantoSemences OGM, Round-up, hormone de croissance bovine, PCB, aspartame, agent  orange… Le point commun entre tous les mots de cette liste toxique ? Monsanto…

Nous, citoyens responsables et vigilants, sommes informés des graves accusations qui pèsent sur la multinationale américaine Monsanto, « accusée de promouvoir des produits nocifs pour la santé et l’écosystème et de falsifier les résultats d’enquêtes scientifiques, accusations portées entre autres par un ancien directeur de filiale de la firme », rappelle l’encyclopédie citoyenne Wikipédia (page Monsanto).

Nous appelons au principe de précaution alimentaire !

Le manque de transparence de l’État sur les études qui sont fournies pour les demandes d’autorisation des produits Monsanto, l’absence d’étiquetage obligatoire européen sur les OGM, nous amène à appeler nos  concitoyens à la vigilance, en les invitant à s’orienter vers des produits issus de l’agriculture biologique ou de marchés locaux, en prenant soin de contrôler le mode de culture des fruits et légumes et le contenu de  l’alimentation des animaux de boucherie.

 

Ce 25 mai nous interpellons les élus et le gouvernement!

Nous demandons aux représentants du peuple français, ainsi qu’aux responsables européens de :

• Rendre obligatoire, par devoir d’information, un étiquetage des produits issus d’OGM au niveau européen.

• Débloquer des crédits de recherche pour étudier les conséquences à long terme d’une alimentation

OGM sur la santé publique.

• Réévaluer les molécules de synthèse employées par Monsanto. Prendre en compte toutes les  études indépendantes et non les études financées par cette firme dont la crédibilité est sévèrement  remise en cause.

• Procéder à une mise en jour des études sur les liens entre l’exposition chronique aux produits chimiques agricoles (désherbants, fongicides, pesticides, insecticides, fertilisants…) et l’augmentation des cancers et des problèmes d’infertilité.

• Ouvrir un grand débat national sur les orientations responsables et soutenables de l’agriculture de demain, pour préparer et mettre en œuvre sa nécessaire conversion écologique.