Symboles de la féminité et de la mode, on les arbore fièrement depuis des décennies. Hélas, de plus en plus d’études tendent à prouver que les soutiens-gorge seraient susceptibles d’engendrer des cancers du sein. Nous avons enquêté.

les-soutiens-gorge-favorisent-ils-le-cancer-du-sein-santecool

Suite à la publication d’une étude parue dans The Lancet en 1999 déclarant que: « les femmes ayant des kystes au sein risquent de contracter un cancer du sein », de nombreuses recherches à travers le monde ont vu le jour pour savoir si le port d’un soutien-gorge était délétère pour la santé.

Le docteur Elisabeth R. Vaugnah, déclarée par USA Today « l’Erin Brokovich de la médecine », PDG du Vaughan Medical Center à Greensboro en Caroline du SUD a mis en évidence le lien entre les grosseurs et les kystes des seins, la prévalence de cancer du sein et le port de soutien-gorge. Apres avoir traité une centaine de femmes pendant 3 à 6 mois « les kystes et les grosseurs étaient moins douloureux leurs seins ne présentant pas de nouvelles grosseurs détectables ». 

En 1991, la Harvard School of Public Health a publié une étude, elle aussi éloquente suite à des recherches sur des milliers de femmes : « le risque de contracter un cancer du sein est réduit de moitié chez les femmes pré ménopausées qui ne portent pas de soutien-gorge ».

A quoi cela est-il du ?

Plusieurs facteurs semblent responsables de cette triste causalité entre cancer du sein et port d’un soutien-gorge :

          augmentation de la température générale du corps : les soutiens-gorge exercent une pression sur les seins et élèvent la température du corps. La production de mélatonine qui est un antioxydant naturel, qui renforce les défenses immunitaires et a des propriétés anticancéreuses ne peut donc plus jouer son rôle*.

          Les produits toxiques contenus dans les soutiens-gorge : la majorité des soutiens-gorge que l’on achète sont gorgés de produits synthétiques qui sont délétères pour notre santé dont l’acrylique et le nylon. N’oublions pas que la peau est perméable et absorbe toutes ces toxines. Fuyez ces substances !

          L’impossibilité d’un drainage : Afin d’éliminer au mieux les toxines, le drainage lymphatique naturel doit pouvoir s’activer. Ce qui est impossible avec un soutien-gorge. Le Professeur Mandel de l’Hôpital Universitaire du Pays de Galles explique que « les soutiens-gorge compressent la partie supérieure extérieure des seins, une région où circule 80% de la lymphe. »

Que faire avec les soutiens-gorge?

Sachez tout d’abord que ce n’est pas parce que vous ne porterez pas de soutiens-gorge que vos seins tomberont. Loin de là ! De nombreuses études ont montrées que le fait de ne pas en porter renforçait les ligaments suspenseurs, ceux là même qui vous font une belle et haute poitrine !

          Ne portez un soutien-gorge que pour faire du sport et choisissez le avec soin : matières naturelles, excellent maintien.

          Sauf exceptionnellement, ne portez pas de soutien-gorge à armatures qui bloquent encore plus que les autres (et oui c’est hélas possible !) la circulation du sang et de la lymphe de circuler.

          Mettez un caraco, un tee-shirt ou une brassière en soie ou en coton

          Portez des vêtements amples qui pourront camoufler vos seins

          Achetez-vous des bonnets adhésifs qui dissimuleront vos mamelons.

          Massez vos seins légèrement et lentement dans le sens des aiguilles d’une montre, puis dans le sens inverse pour stimuler au maximum la lymphe.

*étude de l’Université des Femmes de Nara au Japon

A LIRE :

Ces vêtements qui nous tuent, Dr Anna Maria Clement, Dr Brian Clement – Ed. Guy Trédaniel – 14,90 euros

 Sophie Madoun