Le Estée Lauder Pink Ribbon Photo Award 2020 s’est conclu hier par le dévoilement des lauréats. Cette 9ème édition s’est déroulée dans des conditions inédites en raison de la crise sanitaire : en conférence virtuelle. Les lauréats de l’Estée Lauder Pink Ribbon Photo Award 2020 sont donc…

Créé en 2012 par The Estée Lauder Companies France en hommage à Evelyn H. Lauder et en soutien aux actions de l’association Ruban Rose, le Estée Lauder Pink Ribbon Photo Award contribue à mobiliser le grand public en faveur de la campagne de sensibilisation au dépistage précoce des cancers du sein. Seul concours d’envergure nationale sur le sujet, il réunit chaque année des centaines de participants de toutes les régions de France, autour d’un thème défini : « Résilience » pour 2020.Voici donc les lauréats de l’Estée Lauder Pink Ribbon Photo Award 2020.

C’est donc via une conférence virtuelle que les quatre lauréats, choisis parmi 40 finalistes, ont été annoncés hier soir en présence des photographes, de leurs modèles, des membres du Jury et des partenaires du concours.

Les clichés et les textes, intenses, qui les accompagnent sont visibles pour le public sur le site du concours et ses réseaux sociaux.

Une exposition est prévue début février 2021, à l’occasion de la Journée Mondiale contre le Cancer avec la présentation d’une sélection des finalistes, en partenariat avec la Ville de Paris et Paris Photo.

Les lauréats de l’Estée Lauder Pink Ribbon Photo Award 2020

LE PALMARÈS

GRAND PRIX DU JURY

Margot Lestien 

DEUX PRIX ACCESSITS

Isabelle Mertens – Yéri Bérénice Ouédraogo

 

PRIX DU PUBLIC TEVA

Julien Cresp

 

LE JURY

Jane Evelyn Atwood, Franck Besnard, Florence Bourgeois, Catherine Schöfer, Alain Genestar, Philippe Gassmann, Fanny Leeb, Gwenaëlle Thebault, Marielle Fournier, Jonathan Lang.

Présidé par Jean-Christophe Jourde (Président de l’association Ruban Rose)

Grand Prix du Jury : Margot Lestien

« Il y avait eu le froid glacial de l’annonce qui m’avait projetée dans la mort. Il y a l’eau fraîche dans laquelle je m’immerge et qui rappelle à tous mes pores que je suis vivante.

Il y avait eu ma rivière de larmes. Il y a leurs sillons creusés au coin de mes yeux chaque fois que je ris.

Il y avait eu mon sein gauche découpé, suturé. Il y a mon sein droit qui se dresse hors de l’eau.

Il y avait eu ma peau insensible. Il y a ma cicatrice immergée qui frissonne.

Il y avait eu les rayons de la radiothérapie qui brûlent. Il y a ceux du soleil qui réchauffent mon corps.

Il y avait, il y a et il y aura toujours le courant, celui de l’eau, de la vie qui parfois m’entraîne et me malmène, me file entre les doigts et me glisse dessus. Mais ce courant je sais aussi le fendre, le remonter, y naviguer, m’y immerger et comme lui me renouveler.

Et de cet étrange baptême mon buste irrégulier ressort avec le même nom que celui de cette rivière : le Fier. »

 Patricia

Prix Accessit : Yéri Bérénice Ouédraogo

« Te souviens-tu Grand-Mère de ce moment ?

À cet instant précis, je suis devenue adulte. Jusque là j’avais l’impression d’avoir cinq ans et demi, l’âge de notre séparation.

J’ai alors osé te parler de ce corps caché sous tes pagnes colorés.

Maman t’a traduit en dialecte lobi l’intention de mon projet. Je voulais voir, toucher, ressentir et partager avec toi cette épreuve passée ; il y a quatre ans et loin de moi.

Ta réaction était à la hauteur de ce que tu pouvais dégager, toi la mère de huit enfants, droite et fière, au regard franc.

Tu as retiré le haut de ton wax et tu t’es présentée face à moi sans un mot. Un silence lourd mais criant tout ce que nous ne pouvions nous dire par le barrage de la langue. Tu m’impressionnais et en même temps, je souhaitais devenir ton voile de protection.

J’ai posé ma main non pas sur ce sein qui n’est plus mais sur la cicatrice qui le remplace.

Tu n’as pas bougé et tu m’as offert ton âme. Tu as compris l’importance de ma demande.

Minafré (je t’aime). »

 

Retrouvez tous les gagnants sur pinkribbonaward.fr