Kératose-Actinique-santecool

La kératose actinique (aussi  appelée kératose solaire) est un signal  d’alarme à ne pas négliger. Cette lésion cutanée est, en effet, un marqueur de risque  de cancer de la peau lié au soleil. Elle toucherait 1 personne sur 5 de plus de 60 ans(1), mais reste pourtant encore méconnue. Eclairage avec le Docteur  Bruno Halioua, Dermatologue à l’Institut Alfred Fournier, Paris.

Que ce soit dans le cadre de nos loisirs (jardinage, sport) ou d’une activité  professionnelle exercée en plein air, nous sommes exposés tout au long de la vie aux  rayons du soleil. Or, si ses effets bénéfiques  sur notre organisme ne sont plus à  démontrer, les rayons UV peuvent avoir des conséquences néfastes, et sont notamment  impliqués dans le développement de certains cancers cutanés.

 

La kératose actinique : conséquence directe d’une exposition solaire répétée et  excessive

L’apparition des cancers cutanés est souvent précédée  de signes précurseurs. C’est le cas de la kéraose actinique, une lésion de la peau qui se traduit par une petite zone rouge, squameuse, rugueuse au toucher , qui apparaît généralement sur les zones découvertes exposées au soleil : le visage, les mains, les avant-bras, le décolleté chez les femmes et le crâne chez les hommes.

«La kératose actinique est une lésion très fréquente qui doit être considérée comme un signal d’alarme, un marqueur indiquant que le capital soleil commence à s’épuiser»explique le Docteur Halioua.

«Maistoutes n’évoluent pas vers un cancer de la peau. Entre 1 et 16% d’entre elles se transforment au bout d’un an en carcinome épidermoïde. C’est donc une lésion dermatologique à ne pas prendre à la légère, et il est important de la diagnostiquer précocement pour pouvoir mettre en œuvre un traitement et prévenir la survenue d’une tumeur».

Comment reconnaître une kératose actinique?

«Cette lésion prend la forme d’une banalepetite croûte, d’une tâche un peu rugueuse, et est permanente, c’est-à-dire qu’elle réapparait même après  avoir été enlevée.

Elle se palpe plus  qu’elle ne se voit. Autrement dit, quand vous passez votre main sur votre front, votre cuir chevelu par exemple, vous allez sentir une ou des zones où vos doigts accrochent, un peu comme des grains de sable qui auraient séchés sur la peau. Et si vous regardez de plus près, vous allez observer une zone de peau anormale» poursuitle Dr Docteur Halioua. «Les personnes à peau claire sont les plus concernées, de même que celles ayant été  exposées au soleil, dans le cadre de leur travail ou leurs loisirs. Il est à noter aussi que le  risque d’apparition augmente après l’âge de 50 ans. Dans tous les cas, toutes les personnes dont le capital solaire risque d’être un peu altéré doivent être sensibilisées, car on constate des kératoses actiniques chez  des personnes de plus en plus de jeunes», précise le Dr Docteur Halioua.

Les bons gestes à adopter pour éviter les méfaits du soleil

«La prévention des cancers cutanés passe avant tout par une limitation  de l’exposition solaire», explique le Docteur Halioua.

Nous disposons, en effet, tous d’un capital soleil, d’une capacité à réparer les dégâts liés à son exposition. Mais en fonction de nos comportements, il s’épuise plus ou moins vite et atteint ses limites.

Une bonne protection solaire, c’est un tout. Elle repose sur un ensemble de mesures de protection, à commencer par l vêtements. Même s’ils ne sont pas anti-UV, s’ils sont clairs ou mouillés, ils constitueront toujours la première protection en termes d’efficacité. Les textiles  «techniques» aux propriétés anti-UV, de plus en plus nombreux, se révèlent encore plus efficaces.

La deuxième mesure va consister à se mettre à l’ombre en utilisant, par exemple, un parasol, un chapeau ou une casquette. Il est, en outre, impératif d’utiliser une crème solaire pour protéger  les parties du corps qui restent exposées et conseillé d’utiliser une crème à indice élevé, notamment pour les enfants, en renouvelant les applications toutes les 2 heures. En effet, les lésions liées aux expositions solaires des premières années de vie sont les plus dommageables. «Enfin, il faut éviter à tout prix de s’exposer entre 11h et 16h»conclut-le Docteur Docteur Halioua

En réalité, tout est une question de dosage. Un peu de soleil est indispensable pour le  moral et pour synthétiser les vitamines de croissance. Mais en prendre un peu trop  fait vieillir la peau, et s’exposer abusivement augmente le risque de cancer cutané.

Source:

(1) Becker D et al. Guidelines for the management of actinic keratoses. British Journal of  Dermatology 2007 ; 156 : 222-230