A l’occasion de la journée internationale de l’alphabétisation, qui a lieu le mercredi 8 septembre, l’ONG Vision du Monde, association de solidarité internationale qui vient en aide aux enfants les plus vulnérables partout dans le monde, appelle à redoubler d’efforts pour soutenir l’éducation des enfants les plus pauvres, premières victimes des fermetures scolaires liées à la pandémie de COVID-19. Alors que 773 millions d’adultes sont analphabètes, il est de notre responsabilité de ne pas sacrifier toute une génération d’apprenants qui a dû faire face au pire choc subi par les systèmes éducatifs depuis des décennies.

L’éducation en péril pour toute une génération d’apprenants

Après 18 mois de pandémie COVID-19 à l’échelle planétaire, les écoles sont toujours fermées dans 19 pays, mettant en péril l’éducation de plus de 156 millions d’élèves. Les plus touchés sont les enfants des milieux à faible ressource, qui n’ont pas accès aux outils d’apprentissage à distance. Avant la pandémie, seulement 34% d’entre eux allaient au bout de leur parcours scolaire.

Alors que l’apprentissage à distance s’est imposé comme seule solution face à l’épidémie de COVID-19, il reste encore hors de portée pour au moins 500 millions d’élèves, qui accumulent ainsi d’importants retards et inégalités d’apprentissage.

journee-internationale-de-lalphabetisationDes inégalités qui se perpétuent

Pour les enfants les plus vulnérables vivant au cœur des contextes fragiles, aller à l’école n’est pas seulement synonyme d’apprentissage mais cela leur permet aussi d’accéder à un repas nutritif et gratuit, d’être protégé et de retrouver une forme d’insouciance.

Alors que de nombreux progrès ont été réalisés ces dernières années pour favoriser une éducation inclusive dans les pays en développement, 24 millions d’enfants et de jeunes risquent de ne pas reprendre leurs études.

Face à la faim, à la perte de revenus, et à l’extrême précarité, les freins liés à la déscolarisation sont d’autant plus grands. Mis à l’écart des systèmes scolaires et exposés au travail infantile, aux mariages précoces, aux conflits, et aux conditions de vie précaires, les enfants perdent tout espoir d’éducation et s’enfoncent peu à peu dans le cercle vicieux de la pauvreté.

Vision du Monde appelle à renforcer les capacités d’apprentissage

Avant même la pandémie dans les pays en développement, de nombreux enfants scolarisés peinaient à acquérir les compétences de base nécessaires à la lecture et à l’écriture, par manque de matériel, de personnels formés ou bien d’infrastructures. Aujourd’hui, la crise liée à la COVID-19 risque d’accroître cette tendance.

Vision du Monde accompagne l’apprentissage de tous les enfants en impliquant les parents et les communautés, via son approche Unlock Literacy, pour créer un environnement propice à l’apprentissage de la lecture dès le plus jeune âge que ce soit à l’école, au sein du village ou à la maison.

Face à la pandémie et via son aide humanitaire d’urgence, Vision du Monde s’engage pour soutenir la continuité pédagogique des enfants les plus vulnérables. Au Liban notamment, l’association fournit des cartes prépayées pour permettre aux enfants de réfugiés syriens d’accéder au matériel pédagogique en ligne. Ou encore en Ouganda, dans le camp de réfugiés de Bidibidi, les enfants bénéficient de la radio pour poursuivre l’apprentissage par le biais d’émissions.