Rendue publique il y a quelques jours à peine, le court-métrage «Et toi ça va», réalisé dans le cadre d’une campagne de sensibilisation à la dépression, émeut le public et devient viral sur les réseaux sociaux.

Dévoilé par l’intermédiaire d’un faux profil (Anoitne.dprs) créé pour l’occasion, le court-métrage sur la Dépression,”Et toi ça va”de 8 minutes décrit la maladie sous ses aspects les plus intimes, et dans sa confrontation au monde extérieur. Touchées, de nombreuses personnes témoignent de leur situation ou de celles d’un proche et partagent ce court-métrage, qui est maintenant soutenu par des vidéos explicatives.

La campagne, imaginée par la Fondation Pierre Deniker, connait également un large relai grâce à la complicité d’influenceurs contactés pour l’occasion, qui touchent particulièrement les jeunes via le réseau Instagram.

“La dépression touche 1 Français sur 5 au cours de sa vie, avec des conséquences majeures sur le devenir familial, professionnel, social des personnes qui en souffrent. Non soignée, elle peut conduire au suicide, et on estime que 70% des décès par suicide sont imputables à une dépression. Pourtant, cette maladie continue d’être banalisée et incomprise, il ne s’agit pas « d’un coup de mou », il ne suffit pas de « se secouer ». Les personnes déprimées souffrent ainsi d’une double peine, la maladie « et la stigmatisation. Sensibiliser à la dépression est une nécessité pour soigner précocement et mieux. explique le Professeur Raphaël Gaillard, Président de la Fondation Pierre Deniker.

UNE GRANDE CAMPAGNE POUR INCARNER LA MALADIE, DÉSTIGMATISER ET SUSCITER L’EMPATHIE

Le court-métrage sur la dépression « Et toi, ça va ? », réalisé par Marie-Stéphane Cattanéo et co-écrit avec Astrid Chevance, interne en psychiatrie et doctorante en épidémiologie, dévoile sans pudeur et avec un soupçon de second degré, 24h de la vie d’Antoine en proie à une dépression. Entre tuto et confession, le spectateur est immergé dans le cataclysme psychique de cet homme face à un entourage qui ne soupçonne pas le mal qui le traverse.

L’incarnation de la maladie ne s’arrête pas au film. Plusieurs semaines avant la diffusion de cette vidéo, une large campagne digitale, orchestrée par l’agence Snack, reposait sur la création du faux profil Instagram d’Antoine (@Antoine.dprs). Lancé dès l’été pour interpeller près de 5 000 personnes avec la seule question “Et toi, ça va ?”, le profil a ensuite été relayé par des influenceurs complices pour révéler la campagne, partager des capsules informatives et rediriger vers le film. Hébergé sur le site de la Fondation Pierre Deniker, le film apparait sur la page dédiée qui explique la maladie et les soins possibles, proposant des ressources aux personnes qui s’interrogent pour eux-mêmes ou pour leurs proches.

OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE « ET TOI, ÇA VA ? »

La campagne “et toi ça va” propose un faisceau d’outils pour faciliter l’accès aux soins :

  • Faire connaître la maladie, les symptômes
  • Déconstruire les préjugés : il ne s’agit ni d’une faiblesse de caractère, ni de paresse, ni de « vague à l’âme » transitoire
  • En finir avec l’incompréhension et le rejet : sus-citer l’empathie pour les personnes souffrant de dépression
  • Libérer la parole : faire en sorte qu’on puisse dire que l’on souffre de dépression et demander de l’aide

LA DÉPRESSION QU’EST-CE QUE C’EST ?

«La dépression-maladie (épisode dépressif caractérisé-EDC) est décrite dans le DSM par un faisceau de symptômes dont l’humeur (tristesse, perte de plaisir ou anhédonie) n’est qu’une dimension aux côtés de fonctions instinctuelles (sommeil, appétit et libido) et de fonctions cognitives et motrices fortement altérées. Par ailleurs, pour que le syndrome soit lu comme pathologique, il faut que soient objectivées une souffrance clinique et/ou une altération des fonctionnements professionnels, familiaux et sociaux de la personne.» Bulletin épidémiologique hebdomadaire – Santé Publique France oct. 2018 A. Chevance, R. Gaillard

FAIRE CONNAÎTRE LA MALADIE ET SES PRINCIPAUX SYMPTÔMES

  • 6% de la population mondiale, 9,8% des 18-75 ans en France
  • Une maladie qui progresse : +1,8 points entre 2010 et 2017
  • Sur la vie entière, selon les études, entre 15% et 18% de la population sera touchée, soit près d’un Français sur cinq.
  • Les femmes sont le plus touchées (13%) mais les hommes consultent moins.

Plus d’informations sur le Pierre Deniker www.fondationpierredeniker.org