La 8ème vague est là a annoncé jeudi 22 septembre le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, dans le magazine Complément d’enquête.

Avec 38 250 nouveaux cas de Covid recensés, mercredi 21 septembre, selon Santé publique France, soit plus de 57% de cas positifs en une semaine (soit plus de 30 000 cas), la  8ème vague est là est bel et bien arrivée sur notre territoire. C’est ce qu’a a annoncé Jérôme Salomon, directeur général de la santé, lors d’un entretien, jeudi 22 septembre au magazine Complément d’enquête qui sera diffusé ce soir.

« Oui, il y a une augmentation des cas, notamment chez les jeunes. (…) Il faut reprendre nos gestes barrières et, pour toutes les personnes qui ont une indication à la vaccination, faire leur rappel en même temps que leur rappel grippe », a-t-il expliqué.

Des avis divisés

Tous les scientifiques ne pensent pas que la 8ème vague soit arrivée. C’est ainsi que samedi 17 septembre, sur France Info, Mircea Sofonea a assuré qu’il y avait bien une « reprise de l’épidémie » en nuançant tout de même  :

« Il est encore trop tôt pour esquisser la dynamique de la vague. C’est seulement dans une ou deux semaines que nous pourrons fournir les grandes lignes de cette vague« .

Un avis totalement différent de celui du ministre de la santé, François Braun, qui a assuré, sur France Inter , lundi dernier qu’il « est trop tôt pour dire que c’est le début de la huitième vague« .

Cependant, Damien Mascret, médecin et journaliste à France Télévisions a confirmé, mardi sur France 2 :

« L’effet rentrée joue à plein, les chiffres sont repartis à la hausse dans toutes les tranches d’âge et dans tous les départements. La huitième vague commence« .

Renforcer les gestes barrières

Parmi les réponses pour se protéger de la 8ème vague, Jérôme Salomon préconise le retour indispensable des gestes barrières avec lavage des mains régulier, port du masque dans les endroits publics et les lieux fermés, l’aération et bien sûr la vaccination pour les personnes fragiles, immunodéprimées et/ou ayant plus de 60 ans.

Le Professeur Yves Buisson déclare :

«Nous allons forcément avoir un certain nombre de formes sévères, et pour les éviter, il faut inciter toutes les personnes à risque à se faire vacciner, et surtout sans attendre l’arrivée des nouveaux vaccins

Mise à jour des résultats sur la protection vaccinale

Dans le cadre de l’exploitation statistique menée sur les appariements entre les trois systèmes d’information sur la crise sanitaire du Covid-19 (SI-DEP, SI-VIC et VAC-SI), la DREES publie régulièrement des estimations de l’efficacité vaccinale contre l’infection au Covid-19 et les formes sévères associées.

La présente publication confirme les résultats précédemment publiés. Les principaux points à retenir, sont les suivants :

  • le premier rappel apporte, pour les personnes de 60 ans ou plus, une protection contre l’infection symptomatique au variant Omicron (comprenant les sous lignages BA.1, BA2, BA.4/BA.5 détectés en France jusqu’à présent) , et plus encore contre les formes sévères et les décès, que la personne concernée ait présenté ou non un épisode infectieux au Covid-19 au préalable, mais cette protection s’érode dans le temps, notamment face à l’infection ;
  • le deuxième rappel, pour les personnes de 60 ans ou plus, permet de stopper l’érosion dans le temps de la protection conférée par le premier rappel, que la personne concernée ait présenté ou non un épisode infectieux au Covid-19 au préalable, en particulier si cet épisode est survenu avant l’arrivée d’Omicron ;
  • néanmoins, cette protection s’érode également dans le temps pour les personnes âgées de 80 ans ou plus ; pour les 60-80 les effectifs concernés sont à ce stade insuffisants pour mener des analyses robustes.

Pour rappel, à la différence des publications antérieures à celle du 22 juillet, l’efficacité vaccinale apportée par la vaccination par rapport aux personnes non vaccinées n’est plus présentée ni commentée. En effet, il est désormais plus pertinent et plus robuste techniquement de prendre, comme situation de référence, un statut vaccinal concernant un plus grand nombre de personnes. La protection apportée par les différents statuts vaccinaux est désormais comparée à celle dont disposent les personnes ayant reçu un schéma vaccinal initial complet, sans dose de rappel, depuis plus de 6 mois.