L’épidémie de coronavirus qui frappe notre pays n’empêchera pas la survenue de 130 à 140 000 naissances en 2 mois, ou 200 000 naissances en 3 mois. Même en l’absence de preuve avérée de contamination materno-fœtale par le Sars-CoV-2, les nouveau-nés constituent donc, avec leurs mères une population de 300 à 400 000 personnes qu’il faut protéger. Covid-19 : 400 000 nouveau-nés et mères à protéger. C’est le cri d’alarme de Caroline Brochet, sage-femme*!

Covid-19 : 400 000 nouveau-nés et mères à protéger, l’appel au-secours de Caroline Brochet, sage-femme

« Nous traversons une crise sanitaire majeure à laquelle nous ne viendrons à bout qu’en agissant de manière solidaire.
Aujourd’hui, rien n’est proposé pour le retour à domicile des femmes accouchées testées positives au Covid-19. A l’hôpital, nous fournissons quotidiennement un masque chirurgical à ces femmes accouchées mais elles ne peuvent malheureusement pas s’en procurer pour leur retour à domicile ce qui est non seulement très anxiogène pour elles mais aussi potentiellement dangereux pour leurs nouveau-nés dont le système immunitaire est immature.

En ville, les modalités d’attribution des masques chirurgicaux ne sont que de 6 masques par semaine pour les sages-femmes libérales qui prennent en charge des patientes positives au Covid-19 et sorties de la maternité.

Pourtant, je veux voir du bon en chaque chose. Cette crise sanitaire effroyable a révélé des chaines de solidarité humaine sincères et touchantes. Des messages de soutien, des applaudissements aux fenêtres, des donations, de la reconnaissance. Un soutien qui prend des formes bien différentes, chacun participant à son niveau et à sa manière pour la lutte contre le coronavirus.

La solidarité en jeu

L’Association Professionnelle de Sages-Femmes et la Boîte Rose se mobilisent pour combler un manque et doter de plusieurs masques chirurgicaux chaque patiente accouchée et testée positive pour le Covid-19. Cette action solidaire est essentielle. Elle permet que l’enfant soit protégé et que la sage-femme libérale puisse bénéficier d’un masque lors de sa consultation à domicile. 350 000 masques nous attendent en Chine et peuvent nous être acheminés sous une semaine. Nous devons être proactifs et solidaires face à cette crise sanitaire majeure.

Le fournisseur de masques que nous connaissons accepte de ne prendre aucune marge. La Boîte Rose peut les distribuer gratuitement dans toute la France. Nous avons commencé une campagne de levée de fonds, 157 500 € sont nécessaires.

Une cagnotte en ligne pour protéger les mamans et bébés

Nous lançons une cagnotte en ligne (Le pot Solidaire.fr : Offrons des masques aux mamans et leur bébé
https://www.lepotsolidaire.fr/pot/ekav4355

Le pot Solidaire.fr : Offrons des masques aux mamans et leur bébé

L’Association Professionnelle de Sages-Femmes, La Boîte Rose et ses partenaires dont Mont Roucous et Rivadouce, …) auprès de toute notre communauté : partenaires, patientes, sages-femmes et tous nos réseaux sociaux. Nous devons faire vite, la courbe de contamination par le Covid-19 est exponentielle et cette pathologie n’épargne pas les femmes enceintes.

Je me permets donc de vous écrire pour faire appel à votre générosité et à votre solidarité, en acceptant de participer à cette collecte de fonds et en la relayant à tous vos réseaux sociaux, aux investisseurs que vous connaissez et qui accepteraient de nous aider pour la France. Protégeons les femmes enceintes et les nouveau-nés car ils sont notre force, notre espoir, notre futur. Ils sont la Vie ».

*Caroline BROCHET
Présidente de l’APSF

Covid-19 : 400 000 nouveau-nés et mères à protéger, les recommandations de l’Académie Nationale de Médecine

L’Académie nationale de Médecine tient à exprimer son total soutien et sa solidarité à tous les personnels de santé du public et du privé, gynécologues obstétriciens, sages-femmes, anesthésistes, néonatologistes, infirmières, aides-soignantes, puéricultrices, tous ceux qui, par leur fonction, leur compétence, leur dévouement et leur générosité, contribuent, dans des circonstances exceptionnellement délicates et souvent très tendues, à faire de la naissance un évènement maîtrisé, sécurisé et réussi.

En appui des retours d’expérience provenant des zones les plus touchées par l’épidémie, L’Académie nationale de Médecine recommande :

1)     L’instauration dans toutes les maternités d’une filière dédiée au Coronavirus avec un parcours de soin  protégé depuis l’entrée en maternité jusqu’au retour au domicile et une prise en charge isolée en salle de naissance puis en hospitalisation post natale, afin de permettre aux parturientes non infectées d’accoucher en maternité et non à domicile et de bénéficier ainsi des conditions optimales de sécurité ;

2)     La poursuite, avec une nécessaire adaptation, des actes médicaux préconisés au cours des derniers mois ou dernières semaines de grossesse – consultation d’information y compris par téléphone, examen obstétrical, échographie, visite pré-anesthésique, examens biologiques – afin de maintenir toutes les conditions optimales de sécurité pour l’accouchement à venir, avec une vigilance accrue pour les grossesses à risque ;

3)     L’approvisionnement des maternités en dispositifs de protection pour les soignants, tout particulièrement pour les intervenants en salle de naissance, comprenant, outre les masques et le gel hydro-alcoolique, les équipements adaptés à une exposition importante aux fluides corporels lors de l’accouchement par voie basse et par césarienne : sur-blouses, sur-chaussures, charlottes, lunettes, pour éviter toute possibilité de contamination réciproque entre parturientes et soignants, les unes et les autres pouvant être porteurs asymptomatiques du virus ;

4)     Le maintien d’un accueil empathique des couples dans un moment émotionnellement spécifique, la présence du père restant envisageable sous réserve de prendre toutes les mesures de protection individuelle, sans oublier que ces mesures s’imposent en priorité aux soignants en cas de disponibilités limitées ;

5)     Le maintien, avec les précautions requises, de l’allaitement maternel qui, outre les avantages nutritionnels et immunitaires, entretient et développe la précieuse relation mère enfant établie durant la grossesse, les données scientifiques actuelles excluant le passage du virus dans le lait maternel.