TMS-chiropraxie-santecool

Votre travail est répétitif et vous ressentez des douleurs diffusent au niveau du poignet, des cervicales, des mains ou des bras? Vous souffrez surement, comme 1,4 milliards de personnes de troubles musculo-squelettiques (TMS). Avez-vous pensez à la chiropraxie pour vous soulager?

La Global Burden of Desease Study 2010 est la plus large étude jamais réalisée pour décrire la répartition mondiale et les causes d’un large éventail de maladies et de facteurs de risque sanitaire. Cette étude révèle notamment qu’1,7 milliards de personnes, à l’échelle mondiale, souffrent de troubles musculo-squelettiques, parmi lesquels les douleurs lombaires et cervicales. Un chiffre en augmentation de plus de 45% durant les vingt dernières années. Le nombre de personnes souffrant des seules cervicalgies et lombalgies s’élève quant à lui à près d’un milliard.

Engagée dans la recherche sur les impacts sanitaires et économiques des troubles musculo-squelettiques et sur l’amélioration de la qualité de vie des personnes souffrantes, la Bone and Joint Decade[1] s’alarme de ces résultats et appelle les gouvernements et l’Organisation mondiale de la Santé à prioriser la prise en charge de ces troubles dans le cadre d’une action concertée (voir communiqué en PJ).

Pour Philippe Fleuriau, président de l’AFC : « Les chiffres de l’incidence des douleurs lombaires et cervicales au niveau mondial sont très inquiétants. Ils corroborent les données statistiques françaises [2] ». L’AFC rappelle l’expertise des 700 chiropracteurs français dans le diagnostic, le traitement et la prévention des troubles de l’appareil locomoteur, dont les troubles musculo-squelettiques (TMS).

Les  troubles musculo-squelettiques (TMS) c’est quoi ?

Les TMS regroupent l’ensemble des pathologies des tissus mous (muscles, tendons, ligaments et nerfs) liées à l’activité professionnelle.

Ces lésions se manifestent au niveau des articulations des membres supérieurs et inférieurs. Douloureuses, elles peuvent également entraîner une perte de force ou de mobilité.

Les TMS sont la maladie professionnelle la plus répandue. S’ils ne sont pas soignés, ils peuvent entraîner des incapacités permanentes.

Comment reconnait-on les TMS ?

Fatigue musculaire, picotement, engourdissement ou douleurs localisées, les symptômes des TMS peuvent être très variés. Et leurs causes ne le sont pas moins :

–          gestes répétitifs,

–          plan de travail inadapté (trop haut ou trop bas),

–          efforts excessifs,

–          froid,

–          vibrations,

–          etc.

Lorsqu’ils apparaissent, les TMS ne sont ressentis que pendant l’activité exercée et disparaissent au repos. Ils ne réduisent pas la capacité de travail. Par contre, quand la pathologie s’installe, les symptômes persistent après le travail et réduisent les capacités de la personne affectée.

Et le syndrome du canal carpien ?

D’un léger engourdissement de la main à une douleur irradiant dans tout l’avant-bras, tels sont les symptômes du syndrome du canal carpien qui touche près de 15% de la population et est donc à ce titre le second TMS le plus répandu. Il est associé à des activités répétitives de la main et du poignet, à de mauvaises positions de la main, à une flexion prolongée des doigts, ou à des vibrations.

Il touche principalement les cuisiniers, les personnels d’entretien ou les coiffeurs… mais aussi plus largement tous ceux qui exercent derrière un ordinateur et manipule une simple souris. En la matière, la chiropraxie a également fait ses preuves. Une recherche de 2008 en confirme les effets dans le cadre d’une prise en charge alliant thérapie manuelle, physiothérapie et orthèse.

Que faire ?

Pour le syndrome du canal carpien, massez en pressant modérément à fortement l’intérieur du poignet et la paume de votre main, avec une balle de golf en la faisant rouler sur une table. Les premières fois seront pénibles mais la douleur s’estompera rapidement.

Dans le cas des lombalgies, aiguës et chroniques et dans toute inflammation, apposez sur la zone douloureuse un sac de glace pendant 15 minutes (ou mieux un pack de gel acheté en pharmacie que vous aurez laissé suffisamment longtemps au congélateur). Si l’inflammation et la douleur sont invalidantes, poser la glace 15 minutes toutes les heures sur la zone douloureuse par dessus un linge pour protéger votre peau de la brûlure du froid.

Et si les douleurs ne cessent pas, allez chez un chiropracteur. Celui-ci agit à deux niveaux : curatif et préventif.

Les soins prodigués par le chiropracteur visent  à restaurer la mobilité articulaire et à réduire la douleur. Dans une approche globale de la santé, le chiropracteur accompagne les soins qu’il dispense de conseils de nature à en accroître les bienfaits. 

Sources:

[1] La Bone and Joint Decade est une ONG engagée dans la recherche sur les troubles musculo-squelettiques et sur l’amélioration de la qualité de vie des personnes souffrantes. Elle rassemble plus de 750 organisations du champ sanitaire, dans 65 pays. En France, l’Association Française de Lutte Antirhumatismale, la Société Francaise de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique, la Société Française de Médecine Physique et de Réadaption et la Société Française de Rhumatologie participent à son action. La profession chiropratique y est quant à elle représentée par ses instances internationales.

[2] En 2004, selon l’INPES :

–        27 % des hommes et 36 % des femmes déclaraient ressentir régulièrement des douleurs au dos.

–        Les jeunes de 12 à 19 ans, interrogés sur les principales douleurs ressenties au cours du dernier mois, déclaraient que le mal de dos arrive en deuxième position (après le mal de tête mais avant le mal de ventre).

–       L’ordre de grandeur du coût direct des lombalgies en France était déjà de 1,5 à 2 milliards d’euros par an, dont 500 millions d’euros pour les indemnités journalières liées à un arrêt de travail.

       Les lombalgies (hors sciatalgies) avaient occasionné, en 1992, en France, 5,25 millions de consultations ou visites en médecine générale et 620 000 consultations de rhumatologues de ville.

Pour plus d’informations et trouver un praticien agréé rendez-vous sur le site : www.chiropratique.org

Merci à l’Association Française de Chiropractique pour leurs précieux conseils.