Le cancer colorectal ou cancer du côlon est le troisième cancer le plus fréquent après celui de la prostate et du sein. Pris à temps, il est guérissable dans 9 cas sur 10 ; d’où l’importance du dépistage !

Chaque année, 42 000 nouveaux patients sont diagnostiqués et 18 000 personnes en décèdent. Pourtant, pris à temps il se soigne très bien : détecté à un stade précoce, il peut être guéri dans 9 cas sur 10.

Le cancer colorectal est le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme et le troisième chez l’homme.

Qu’est-ce que le cancer colorectal ?

Les cancers colorectaux se développent dans les cellules qui tapissent la paroi interne du côlon. Des polypes ou adénomes se forment. Ces petites excroissances sont souvent bénignes mais peuvent devenir, au fil du temps, cancéreuses. D’où l’analyse systématique des polypes, lorsque le médecin constate leur présence. Les polypes deviennent cancéreux lorsque les gènes qui ordonnent la cadence de multiplication des cellules se dérèglent.
De fait, au lieu de mourir, les cellules se multiplient de manière désordonnée pour grossir de plus en plus. Il est important de savoir que lorsque la tumeur ne traverse pas la paroi intestinale, le cancer n’est pas encore invasif. On peut alors traiter chirurgicalement le patient. En outre, lorsque les tumeurs se sont dispersées, dans d’autres parties du corps comme les ganglions, le foie, ou tout autre organe il est métastasé, et donc, invasif. Une stratégie thérapeutique idoine et plus lourde sera alors préconisée.

Quels sont les symptômes ?

– troubles du transit (constipation, diarrhées ou alternance de ces problèmes),

– Présence de sang dans les selles,

– Forte douleurs abdominales,

– Amaigrissement,

– Et, très rarement, augmentation du volume de l’abdomen.

A quoi est dû le cancer colorectal ?

Les causes du cancer colorectal sont multiples :

    • Les polypes
      Le cancer colon se développe, en moyenne, dans 70% des cas à causes des polypes. Ces derniers augmentent de façon significative en vieillissant.
    • L’âge
      Avant 40 ans, le cancer colorectal est quasiment inexistant. Un tiers des personnes âgées de 65 à 74 ans auraient les lésions précancéreuses que sont les polypes. Mais Cela ne signifie pas que ces personnes souffrent de cancer mais qu’un dépistage régulier se doit d’être réalisés.
    • Le mode de vie
      Bon nombre de recherches ont mis en évidence le lien entre cancer colorectal et mode de vie délétère. Une alimentation pauvre en fibres favoriserait le cancer du côlon. Il est donc primordial de manger à chaque repas des fruits, légumes et des céréales.

La viande rouge, en excès (plus de 3 fois par semaine) est facteur de risque du cancer du côlon.

Il est aussi important de ne pas fumer et d’éviter l’alcool.

De plus, le manque d’activité physique accroitrait le risque de développer ce cancer. Alors, bougez ! J

Et l’hérédité ? Elle ne concerne que 5% des cas de cancer colorectal.

En quoi consiste le dépistage ?

Le dépistage précoce du cancer colorectal est très important : il permet de prévenir des lésions précancéreuses et de les soigner. En effet, découverts tôt, on guérit d’un cancer colorectal dans 9 cas sur 10.

Quand roche s’engage pour le dépistage du cancer du côlon

Roche investit, durant tout le mois de mars, lors de l’opération Mars Bleu pour sensibiliser le plus grand nombre et faire le point sur le cancer colorectal. C’est ainsi que durant tout le mois de mars, Roche a multiplié les actions dans toutes la France avec la mise en place de 120 stands ultra sophistiqués et ludiques. Grâce à des casques de réalité virtuelles, les personnes ont pu comprendre ce qu’il se passe lorsqu’on est atteint d’un cancer du côlon. Mieux appréhender la connaissance de notre anatomie, avec des colons gonflables à manipuler et s’amuser à toucher les zones cancéreuses. Des professionnels de santé étaient présents pour répondre à toutes les questions du grand public.

Et toujours avec beaucoup d’humour pour dédramatiser la prévention et la sensibilisation, Roche a créé Le Blog de Robert où avec un discours décalé, Robert, 54 ans rédige des messages philosophiques : du dépistage aux traitements, Robert aborde tout sans aucun tabou.

Le test de dépistage du cancer colorectal

Le test immunologique du cancer colorectal a de nombreux avantages : il est très précis et permet une excellente détection des lésions précancéreuses et des cancers (80% des cancers sont ainsi dépistés). Toutes les personnes âgées de 50 ans à 74 ans peuvent faire ce test gratuitement tous les 2 ans.

La coloscopie

Si le test est positif, votre médecin vous prescrira une coloscopie. Cet examen permet d’observer, grâce à une micro-caméra placée au bout d’un tuyau flexible et reliée à un écran, l’intérieur du côlon. La coloscopie est indolore et est réalisé en hôpital de jour : donc aucune sans hospitalisation n’est nécessaire.

Que se passe-t-il si des lésions sont détectées ?

    • Lors de polypes de petite taille, ils sont enlevés durant la coloscopie pour être analysés.
    • Pour des lésions plus importantes, des prélèvements de tissus sont effectués pour être analysés ;
    • Lorsqu’un cancer du côlon est immédiatement détecté durant la coloscopie, le médecin programme une intervention chirurgicale afin de retirer la tumeur et  les ganglions contigus.

A savoir :

Si, au sein de votre famille il y a plusieurs cas de cancers colorectaux, ou même un seul, n’hésitez pas à demander à votre médecin qu’il vous oriente vers une consultation de génétique pour éviter le moindre risque.

Une plateforme collaborative et un magazine digital pour aider les patients

Voix des Patients est un média participatif, à l’initiative de Roche, pour partager l’actualité des personnes atteintes d’une maladie chronique. Il permet aux internautes d’échanger entre eux sur des thèmes transversaux. De plus, Roche a créé un magazine digital, réalisé en partenariat avec l’association France Colon, destiné à répondre aux questions des patients et aidants sur les modalités de retour au travail en cas de cancer colorectal.

Sophie Madoun