Tout savoir sur les moustiques

tout-savoir-sur-les-moustiques-santecool

La surveillance des moustiques devient un enjeu majeu au niveau mondial, en zones tropicales comme dans les zones tempérées, du fait de la mondialisation et probablement du réchauffement climatique. Connaissez-vous les différentes sortes de moustiques ? Les raisons qui les poussent à nous piquer ? Les peaux qui les attirent de plus ? Réponses.

En France, on compte 3 espèces principales de moustiques dangereux :

1. Les moustiques de genre Aedes (comme le moustique Tigre) capable de transmettre la dengue et le chikungunya.

2. Les Anopheles dont une soixantaine d’espèces sur les 400 connues sont vecteurs du paludisme.

3. Les Culex capables de transmettre le virus du Nil occidental.

Pour qu’un moustique soit effectivement dangereux, il faut 2 conditions :

1-Que le moustique soit capable de transporter un virus (on dit qu’il est « vecteur »)

2-Que le moustique puisse piquer un être déjà contaminé par ce virus, que ce soit un animal ou un être humain.

Lorsque le moustique pique, il prélève le sang de « son hôte », mais aussi d’éventuels virus ou parasites susceptibles de l’infecter lui-même. Lorsqu’il pique un autre « hôte », le moustique ainsi contaminé va alors recracher avec sa salive des virus ou parasites qui peuvent contaminer à son tour ce « nouvel hôte ».

Terrible moustique tigre

En France, le progression du moustique Tigre s’accélère. L’espèce la plus surveillée dans l’hexagone est l’Aedes Albopictus (autrement appelé moustique Tigre), dont le CNEV confirmait le 25 mars dernier, que la souche française est bien capable de transmettre le chikungunya et la dengue.

Apparu en 2004 dans les Alpes maritimes, il a commencé par progresser lentement pour coloniser  départements en 2010. Depuis, selon l’arrêté du 26 août 2008 modifié qui liste « les départements où les moustiques constituent une menace pour la population » il est « implanté et actif » dans 17 départements, il a été repéré officiellement dans 4 départements supplémentaires, et 27 autres ont organisé une surveillance spéciale (surveillance entomologique).

Les peaux qui attirent les moustiques : odeur, transpiration, bière, peau de bébé…on fait le tri !

C’est d’abord la chaleur du corps humain qui attire les moustiques (30°-37°, c’est idéal pour un moustique…)

Un corps fiévreux sera trop chaud au goût du moustique et de ce fait, sera plutôt épargné). Mais il n’y a pas que ça : le moustique repère surtout sa cible grâce à son odorat, et son système olfactif est capable de déceler une odeur à plus de 10 mètres de distance. Outre le dioxyde de carbone, il peut être aussi attiré par la présence d’acides gras comme l’acide butyrique, l’acide lactique ou d’autres substances à l’odeur d’ammoniaque, émis par la respiration de la peau.

La sueur elle-même n’est pas un facteur d’attraction, si ce n’est qu’elle révèle ou réveille des odeurs, qui elles, peuvent attirer le moustique. Parmi les odeurs étudiées par exemple, celle que déclenche la consommation de la bière, dont des chercheurs ont prouvé qu’elle pouvait attirer les anophèles responsables de la transmission du paludisme.

Autre odeur incriminée : celle des urines, en particulier celles contenant des oestrogènes pour les femmes au milieu de leur cycle menstruel… ou encore celles déclenchées par certains médicaments comme les stéroïdes ou les médicaments anti-cholestérol peuvent aussi déclencher une attirance particulière

Et les bébés ?

Ils ne sont ni plus ni moins concernés que les autres…

Pour mémoire : l’appareil optique du moustique est peu performant, il est sensible à la lumière, aux mouvements et à la couleur. Les yeux n’entrent en fonction qu’à proximité de l’hôte (1,5 mètres). Le système sensoriel, situé au niveau des antennes, est plus développé chez le mâle (qui ne pique pas !) mais interviendrait aussi dans l’attraction vers l’hôte pour la femelle affamée.

Et la lumière ?

La lumière n‘attire pas les moustiques. En fait ce qui les attire, quand on a la fenêtre ouverte, c’est le CO2 qui sort par la fenêtre. De même dans votre chambre, ce qui fait qu’il vous tourne autour, c’est votre respiration et le CO2 que vous expirez… Attention aux ronfleurs !

La surveillance des moustiques devient un enjeu majeur au niveau mondial, en zones tropicales comme dans les zones tempérées, du fait de la mondialisation et probablement du réchauffement climatique.

Share Button

Un commentaire sur “Tout savoir sur les moustiques

  1. Pingback: On a retrouvé les orques de Norvège! - Santecool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *