Michka, La Grande Dame du Cannabis, retour sur une vie d’exception

La Française Michka Seeliger-Chatelain dite Michka, s’est vue remettre, pendant le Cannafest qui a eu lieu du 10 au 12 novembre dernier à Prague, une récompense exceptionnelle pour son engagement durable en faveur du cannabis. La plus grande banque internationale de semences de cannabis, Sensi Seeds a ainsi présenté en avant-première mondiale une toute nouvelle variété simplement nommée «Michka», élaborée à partir des souhaits de cette «grande dame». C’est l’occasion pour Michka de revenir sur son parcours et sur son engagement en faveur de cette plante

La Française Michka Seeliger-Chatelain dite Michka, s’est vue remettre, pendant le Cannafest qui a eu lieu du 10 au 12 novembre dernier à Prague, une récompense exceptionnelle pour son engagement durable en faveur du cannabis. La plus grande banque internationale de semences de cannabis, Sensi Seeds a ainsi présenté en avant-première mondiale une toute nouvelle variété simplement nommée «Michka», élaborée à partir des souhaits de cette «grande dame». C’est l’occasion pour Michka de revenir sur son parcours et sur son engagement en faveur de cette plante.

Vous avez publié de nombreux livres sur le cannabis depuis 1978, dont certains sont cultes. Pouvez-vous revenir sur votre parcours et sur ce qui a déclenché votre engagement ?
En 1970, je suis arrivée comme immigrante à Vancouver. J’étais prof de français et je n’ai pas tardé à me lier avec d’autres profs qui, le plus naturellement du monde, m’ont fait fumer de l’herbe.
Au début, ça ne m’a rien fait car j’avais trop peur de me laisser aller. Puis, quand finalement j’ai ressenti les effets joyeux de l’herbe colombienne, très high,qui se fumait alors, cela a tellement ébranlé mes idées reçues,cela a occasionné une telle remise en question que, ayant toujours à cœur de partager mes découvertes, je me suis lancée dans une étude approfondie, qui est devenue mon premier livre sur la question, Le Dossier vert d’une drogue douce, paru en 1978 chez Robert Laffont. Depuis je n’ai pas cessé de faire entendre la voix de la raison.
Quelles sont les initiatives positives, selon vous, pour faire évoluer les mentalités autour du cannabis ?
Aux États-Unis, en 1937, le gouvernement américain a remplacé la Prohibition de l’alcool par celle du cannabis, puis l’a imposée au monde entier par le biais d’accords internationaux — et cela même dans les régions où il était utilisé rituellement depuis la nuit des temps, comme en Inde. Or c’est justement aux États-Unis qu’un nombre croissant d’électeurs a fini par se rendre compte que la prohibition du cannabis est non seulement absurde, puisqu’il est moins dangereux que l’alcool ou le tabac, mais qu’elle est également désastreuse pour la santé des consommateurs (pas de contrôle de qualité des produits) et pour la société en général (marginalisation de certaines populations et enrichissement des mafias). La raison prévaut désormais dans plusieurs États américains où l’herbe et le haschich sont en vente libre et taxés, ce qui rapporte de grosses sommes à l’État, avec une diminution de la criminalité. Il me semble aujourd’hui que ce mouvement va inexorablement se répandre sur la planète entière — même si cela prend très longtemps dans les pays totalitaires.
Vous publiez aujourd’hui Se soigner avec le cannabis, qui vient d’ailleurs d’être traduit en anglais. Quels sont les apports thérapeutiques de cette plante?
À la fin des années 70, alors que de nombreux rapports anecdotiques faisaient état d’un effet positif sur les effets secondaires des chimiothérapies, sur le glaucome ou sur la sclérose en plaques, la recherche sur le cannabis médical a tout simplement — tenez-vous bien — été interdite! Cette interdiction a duré une vingtaine d’années et les recherches ont repris de plus belle. On a depuis découvert que notre corps fabrique des substances semblables aux principes actifs du cannabis (les endocannabinoïdes), ce qui explique l’incroyable diversité de ses applications thérapeutiques. Cela va de la douleur chronique à la maladie de Crohn, de l’épilepsie à la maladie de Tourette, des douleurs articulaires à un effet anti-cancer… pour ne nommer que quelques pistes. Le cannabis est un très ancien médicament, déjà mentionné dans la pharmacopée chinoise deux mille ans avant Jésus-Christ. On découvre aujourd’hui que différentes variétés ont des effets thérapeutiques variés, et j’attends avec impatience le retour empirique sur «ma» variété. Dont je sais en tout cas qu’elle a un effet très clair et stimulant, comme je l’espérais.
https://www.mamaeditions.com/auteurs/michka
Share Button

Un commentaire sur “Michka, La Grande Dame du Cannabis, retour sur une vie d’exception

  1. Pingback: Michka, La Grande Dame du Cannabis, retour sur une vie d’exception

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *