Journée mondiale pour la prévention du suicide le 10 septembre

Journée-mondiale-pour-la-prévention-du-suicide-le-10-septembre-santecoolA l’occasion de la journée mondiale pour la prévention du suicide ce dimanche 10 septembre, l’Union Nationale pour la Prévention du Suicide (UNPS) organise pour la 5ème année consécutive son village associatif animé notamment par ses associations adhérentes situées en Ile de France. Ce sera l’occasion, toujours trop rare, de mettre la prévention du mal-être et du suicide dans l’espace public en allant vers les personnes, dans leurs activités quotidiennes.

 

Chaque année, plus de 800 000 personnes décèdent par suicide dans le monde et jusqu’à 25 fois plus font une tentative. Au delà de ces chiffres, nous découvrons les histoires personnelles de toutes celles et ceux qui, pour des raisons diverses, ont douté de la valeur de leurs propres vies. Chacune de ces personnes constitue une petite partie d’une communauté. Certaines peuvent s’y sentir très intégrées et appartenir à une famille, se reconnaître des ami.e.s parmi des voisin.e.s, des collègues de travail ou des camarades de classe… D’autres peuvent avoir construit moins de liens voire se trouver tout à fait isolées. En toute circonstance, les entourages ont un rôle important à jouer dans le soutien des plus vulnérables.

Cette réalité est traduite dans le thème de la Journée Mondiale de Prévention de Suicide 2017.

 

Offrir peut changer une vie

Les personnes qui ont survécu à une tentative de suicide ont beaucoup à nous apprendre sur ce que les mots et les actions d’autrui ont d’important. Elles décrivent avec beaucoup d’émotion comment elles en sont arrivées à faire de leur propre mort la seule possibilité et les jours, les heures, les minutes qui ont précédé le geste. Elles expriment souvent avec justesse n’avoir pas voulu mourir mais, plutôt, à faire que quelqu’un intervienne et les arrête. Beaucoup disent qu’elles ont activement recherché celle ou celui qui percevrait leur désespoir et se préoccuperait de savoir comment elles allaient. Parfois, elles racontent s’être promis que si quelqu’un s’intéressait à leur situation, elles leur expliqueraient tout et les autoriseraient à intervenir.
Malheureusement, bien souvent, personne ne leur demande rien. Nous apprenons énormément de celles et ceux qui s’expriment ainsi. Nombre d’entre eux aspirent à reprendre le contrôle de leur vie et affirment vouloir dépasser cet état. Beaucoup sont même devenus des ambassadeurs de la prévention de suicide.
Presque toujours, ils affirment que si quelqu’un avait pris une minute pour eux, la trajectoire dangereuse qu’avait prise leur vie aurait pu être stoppée.
La vie est précieuse et parfois précaire. Prendre une minute pour se préoccuper d’autrui–une parfaite inconnue, un membre proche de la famille, une amie peut changer le cours de leur vie.

 

Personne ne possède toutes les réponses sur les causes du suicide

Nous sommes souvent réticentes à intervenir, même si nous sommes tout à fait préoccupées par quelqu’un. Il existe beaucoup de raisons à cela et, pour le moins, nous craignions de ne pas savoir quoi dire. Il est important de garder à l’esprit qu’il n’existe pas de réponses toutes faites. Les personnes qui ont traversé un épisode suicidaire sévère expliquent souvent qu’elles ne cherchaient pas de conseils spécifiques, mais de la compassion et l’empathie, ce qui les aiderait à réorienter leur vie et à l’accompagner vers un mieux être.
Un autre facteur qui dissuade les personnes d’engager la conversation est la peur d’aggraver la situation. Là encore, cette hésitation est compréhensible : aborder la question du suicide est difficile. On rencontre encore souvent cette idée reçue qu’aborder la question du suicide avec quelqu’un peut lui mettre l’idée dans leur tête voire déclencher le passage à l’acte. L’expérience montre qu’il n’en est rien. Être attentif et dans une écoute non-jugeante est bien d’avantage susceptible de réduire la détresse que de l’exacerber.

Les ressources existent

Il existe diverses ressources reconnues pour aider les personnes à communiquer efficacement avec celles et ceux qui pourraient être vulnérables au suicide. Le programme «Mental Health First Aid», par exemple, est fondé sur l’idée que la majorité des personnes sait quoi faire lorsqu‘elle est confrontée à un cas d’urgence de santé physique, comme une crise cardiaque (pour appeler une ambulance, réaliser les premiers gestes de réanimation cardio-respiratoire), mais se sent dépassée lorsqu’elle est confrontée à quelqu’un en crise psychique ou émotionnelle. Le programme
«Mental Health First Aid » développe diverses compétences, dont la façon d’aborder quelqu’un dans ces circonstances. De nombreux autres exemples existent.
Des ressources utiles peuvent être trouvées sur les sites Internet de l’Association Internationale pour la Prévention de Suicide (iasp.info/resources) et celui de l’Organisation Mondiale de la Santé (who.int).

 

« Prenez une minute, changez une vie »

A cette occasion, nous vous donnons rendez-vous ce DIMANCHE 10 septembre 2017 de 10h à 14h place MAUBERT, avec les 12 associations : Entracte, Jonathan Pierres Vivantes, La Porte Ouverte, Santé Info Solidarité/Animation IDF, Schizo? Oui!, S.O.S Amitié, Suicide Ecoute, Fédération Vivre Son deuil, Empreintes, CPS (FEALIPS), CRIPS IDF et Solitude Écoute.

 

Le village sera également animé par un trio de violoncellistes.

Françoise FACY                                                               Marc FILLATRE

Présidente                                                                        Vice-Président

 

Numéros utiles en cas de détresse

Centre Prévention du Suicide
01 42 78 19 87
Empreintes
01 42 38 08 08
Relation d’aide et de soutien après un deuil
Entr’Actes
01 47 85 65 48
Thérapies individuelles, soutien et accompagnement psychologiques des familles
France Dépression
01 40 61 05 66
Contre la dépression et les troubles bipolaires
Jonathan Pierres Vivantes
01 42 96 36 51
Pour les parents, les frères, les sœurs endeuillés
La Porte Ouverte
01 48 78 02 35
Accueil pour une écoute anonyme en face à face
Le Refuge
06 31 59 69 50
Lutte contre l’isolement des jeunes homosexuel-lesbiennes et transexuel
Fil Santé Jeunes
0800 235 236
Prévention en santé sexuelle et lutte contre les dicriminations
Schizo? Oui!
01 45 89 49 44
S.O.S Amitié
01 42 96 26 26
Écoute anonyme de toute personne en souffrance psychique ou physique
Suicide Écoute
01 45 39 40 00
Écoute anonyme des personnes en souffrance psychologique et / ou ayant des idées suicidaires, et de leurs proches
UNAFAM
01 53 06 30 43

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *